AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches

Une adaptation en jeu de rôle de la Quête d'Ewilan de Pierre Bottero
 

Partagez | .
 

 Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emrys Til' Lleldoryn



Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 2341
Age : 28
Date d'inscription : 17/04/2006

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Classe: Chantelame
Profession: Seigneur Azur, Seigneur nominal d’Al-Poll, Protecteur d’Al-Jeit, et Capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)   Dim 3 Avr 2011 - 2:54

- Alors, marchombre, que faisais-tu dans le camps des réfugiés? Où étais-tu lors de la tentative d'assassinat de la princesse? Et qui peut le confirmer?

Tels étaient les mots que Emrys Til' Lleldoryn venait d'asséner à l'homme en face de lui. Il avait fallu du temps et de la persévérance pour retrouver le marchombre qui, visiblement, tenait à se faire discret. Néanmoins, Liwen Til' Galiwen, accompagnée par six guerriers frontaliers, finirent par mettre la main sur ledit marchombre, lequel tenta bien de résister, mais les frontaliers surent rapidement le " convaincre " de la futilité de cette idée. Sa subordonnée lui avait tout raconté en détails, y compris le fait qu'une louve les avait suivi, mais, l'animal ne posant aucune menace, elle ne s'en était pas préoccupée plus longuement. Le demi-Faël, en revanche, pensait que ce détail pouvait avoir son importance... il verrait. Quand il entra dans le corps de garde, Emrys trouva le marchombre installé dans une petite salle adjacente, sous l'oeil attentif de deux guerriers frontaliers. L'homme était salement contusionné, preuve de toute la poigne qui fut nécessaire pour le convaincre de venir, mais il était en excellente santé à ce détail prêt. Avec un sourire railleur, il avait alors lancé :

- Vous auriez mieux fait de les accompagner de votre plein gré, marchombre. Les Frontaliers sont habituellement des plus courtois, mais ils détestent au plus haut point de se répéter.

Le capitaine de la Garde impériale s'installa aussi confortablement que possible sur son siège, masquant la douleur que pouvait lui inspirer la blessure qu'il avait reçue plus tôt dans la journée, de sa propre main. Erunteva Ervil était une guérisseuse relativement compétente, mais aucune blessure ne pouvait se refermer et guérir en si peu de temps. Devant lui, il posa les premiers rapports rédigés mentionnant la présence du marchombre, rien qui ne fut utile, malheureusement. Les marchombres avaient le chic pour se faire oublier et il ne fallait guère compter sur les réfugiés pour être d'une quelconque aide à ce niveau-là. Tirant une feuille vierge, il sortit sa plume, l'imbiba d'encre, et questionna alors :

- Votre nom, marchombre? Que la postérité se souvienne de vous...

A tout hasard, Emrys avait laissé exposé son tatouage chantelame en enlevant ses gants, afin de voir la réaction de son interlocuteur, lequel n'en trahissait aucune. Le marchombre restait totalement impassible et silencieux... Le demi-Faël répéta une deuxième fois sa question, toujours pas de réponse. Il n'y eut pas de troisième fois, mais bien un signe adressé aux deux guerriers frontaliers de garde pour leur signifier que le marchombre ressentait le besoin de sentir leurs marques de tendresse et leur amour poignant. Au bout de quelques minutes, les deux hommes cessèrent d'eux-mêmes leur besogne et Emrys reposa alors sa question une troisième fois, laquelle obtint pour réponse :

- Appelle-moi, Eléa, officier...

Avec un soupir, le Chantelame fit à nouveau signe de main et se cura distraitement les ongles de sa dague pendant que les deux guerriers frontaliers recommençaient à nouveau leur besogne à grand renfort de coups de poing avant de reposer la question une quatrième fois. N'étant pas convaincu que le marchombre puisse s'appeler Merwyn, Emrys ordonna par conséquent de faire un câlin à leur hôte : alors que l'un se plaçait dans le dos du marchombre et l'immobilisait dans une prise de lutte, l'autre enfonçait négligemment ses pouces en étreignant son visage de manière presque amoureuse. Cette fois, la réponse semblait nettement plus convaincante, encore qu'il faudrait la vérifier : le marchombre se nommerait donc Hael Kadwan. Se levant en rangeant sa dague, le demi-faël s'approcha du détenu et le regarda avec une certaine incompréhension :

- Marchombre, tu n'es pas en état d'arrestation, tu n'es même pas chargé d'un quelconque crime. Ne sais-tu pas simplement répondre aux questions comme tout le monde?

Pour toute réponse, il eut droit au silence troublé par le son caractéristique d'un homme recrachant le sang qui baigne dans sa bouche, lequel vint souiller les bottes parfaitement cirées de son interlocuteur.

- Et bien, je suppose que non... Je vais devoir m'adapter, je présume.

Aussitôt dit, aussitôt fait, Emrys lui asséna un magistral coup de poing à la tempe, violent au point de faire tomber le marchombre de sa chaise avant de le compléter d'un solide coup de pied dans les côtes fort bien placé. L'homme voulut se relever, le demi-Faël lui flanqua un nouveau coup de pied à la tête, cette fois, de sorte à ce que cette dernier vienne percuter le mur en prime. Son final fut un magnifique coup de pied dans les parties génitales, suffisamment maîtrisé pour ne pas causer de sérieux dommages. Bien qu'il faisait preuve d'un art consommé de la torture à mains nues, il était visible que l'officier était des moins enclins à en faire usage et qu'il n'y prenait pas le moindre plaisir. Néanmoins, quel que soit le dégoût éprouvé à l'égard de cette tâche qui transparaissait sur le visage d'Emrys, il était déterminé et poursuivrait aussi longtemps que nécessaire. Soulevant un sceau rempli d'eau glaciale, il le renversa intégralement sur le marchombre pour le nettoyer sommairement du sang avant de faire signe aux deux Frontaliers de le réinstaller sur son siège. Le dominant de toute sa taille, le capitaine de la Garde impériale lui lança alors sur un ton froid et assassin :

- Alors, marchombre, que faisais-tu dans le camps des réfugiés? Où étais-tu lors de la tentative d'assassinat de la princesse? Et qui peut le confirmer?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Azur, Seigneur nominal d'Al-Poll, Protecteur d'Al-Jeit, et capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir


Dernière édition par Emrys Til' Lleldoryn le Dim 16 Sep 2012 - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eleneithel.skyblog.com
Elrohir Melwasúl



Sexe : Masculin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Cheval
Nombre de messages : 1776
Age : 110
Date d'inscription : 23/03/2006

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Classe: Marchombre
Profession: Maître Marchombre, mercenaire

MessageSujet: Re: Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)   Dim 3 Avr 2011 - 7:55

Le visage ruisselant de sang mêlé à l'eau le jeune Maître Marchombre conserva le silence.
Bien que son visage soit tuméfié, on pouvait distinguer un visage d'adolescent cependant il n'avait ni la taille ni la carrure de l'un d'eux.

Mais comment un adolescent aurait-il pu se défendre avec autant d'effort face à Liwen Til' Galiwen et six frontaliers ? Comment un adolescent aurait-il pu résister à tant de violence de la part du Capitaine de la Garde Impériale ? Quelqu'un qui même sous les coups non retenus des gardes refuse de donner son nom. Quelqu'un avec un regard si étrange et capable de soutenir celui d'Emrys Til' Lleldoryn. Ces questions, le capitaine ne put s'empêcher de se les poser. Qui était-il vraiment ?

Le visage grave, Elrohir regardait son tortionnaire droit dans les yeux. Ni ses lèvres, ni ses yeux ne bougeaient. Habituellement après un tel traitement le visage de la victime est parcouru de spasmes nerveux, il n'en était rien.
Le marchombre repensa au tatouage qu'il avait aperçu sur la main de l'officier.


*Si j'y fais allusion, il me tuera sur-le-champ, je ne suis pas censé connaître cette marque. J'aurais cependant du me douter qu'il en était un. Il sait ce que je suis, il a donc reçu un entrainement pour. Sa manière de combattre lors du duel n'était pas celle d'un frontalier ni même d'un faël, je suis suffisamment bien placé pour le savoir, leur sang est mien.*

De sa voix habituelle, grave et posée, le marchombre s'adressa à l'officier. Il n'y avait dedans rien qui pouvait laisser paraître la dureté du traitement qu'on venait de lui infliger. Voix qui n'allait pas de pair avec un visage paraissant si jeune.

— Si j'étais toi, officier, je m'assoirais, il n'est guère conseillé de se tenir ainsi avec une blessure comme celle que tu caches.

Un des gardes situés en arrière du marchombre lui asséna un grand coup, faisant ainsi tituber la chaise sur laquelle se trouvait le marchombre. Il pouvait d'ailleurs s'estimer heureux d'en être arrivé si loin avec encore toutes ses dents.

*Cette jeune femme dehors, Liwen Til' Galiwen, elle aussi elle se bat comme lui, comme eux. Serait-ce l'endroit où ils se regroupent ? Est-ce ici qu'ils sont formés ? *

— Tu n'as point de descendances, n'est-ce pas ? L'inverse m'en aurait tout étonné. Si par malheur ça t'arrive, je la plein. J'ai vu ta façon de traiter les enfants ce n'est guère respectable.

Cette fois, ce fut le second garde qui le frappa, l'envoyant au sol. Elrohir se releva tranquillement, prit la chaise par le dossier comme pour la redresser, mais il la souleva et la fracassa sur le crâne du garde qui venait de le frapper. Celui-ci se retrouva au sol, sans connaissance. Aussitôt le capitaine et l'autre garde se saisir du Marchombre, pendant qu'il était tenu par le garde, Emrys Til' Lleldoryn lui donna un grand coup dans l'abdomen.
Relevant la tête, le marchombre regarda le capitaine et lui dit:


— C'est pour justifier ma présence à tes côtés, je n'y peux rien si j'aime ta compagnie et comme tu m'as dit que j'étais libre, ne m'en veut pas de vouloir rester et d'espérer d'autres caresses de ta part. Reprenant son souffle, il poursuivit: Après tout, si je ne suis chargé d'aucun crime, si je ne suis pas en arrestation, pourquoi suis-je ici contre ma volonté ? Est-ce ainsi que tu traites les invités ? Pourquoi me frappes-tu sans raison ? Ne sais-tu pas que c'est en mon droit de ne pas décliner mon identité et que c'est aussi mon droit de rapporter ce que tu me fais subir ? Sache, officier, que je ferais appel à la loi pour ton traitement non réglementaire.

Tu seras bien gentil de m'indiquer où sont mes effets et je serais parti.


Une fine brume commença à apparaitre, comme sortant des pierres. Elle assombrit la salle un court instant, puis disparut aussi soudainement qu'elle fût apparue. Le garde qui tenait le marchombre affichait un air d'incompréhension mêlé d'inquiétude et chercha des yeux le soutien de son capitaine attendant une explication que celui-ci n'avait peut-être pas. Elrohir quant à lui fixait toujours, de son regard, le Maître Chantelame dans les yeux.

_________________
Mist Rider

¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿ E kore tōku mōhio ki a koe ???????????????

.
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Til' Lleldoryn



Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 2341
Age : 28
Date d'inscription : 17/04/2006

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Classe: Chantelame
Profession: Seigneur Azur, Seigneur nominal d’Al-Poll, Protecteur d’Al-Jeit, et Capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)   Lun 4 Avr 2011 - 3:11

- Je suis en parfaite santé, marchombre, on ne peut pas en dire autant de toi en ce moment.

Emrys était agacé que l'homme perçut sa blessure à l'abdomen, cependant il s'abtint de le montrer en conservant son masque glacial. Les guerriers frontaliers étaient de merveilleux assistants lors de cette interrogatoire, ils anticipèrent rapidement le signe du demi-Faël avant même qu'il ne le fit et l'un d'entre eux joua du revers de sa main. Seulement, voilà, ce curieux marchombre ou ce mercenaire du Chaos appréciant la souffrance semblait toujours plus ardent et demander à recevoir les marques que les Frontaliers daignaient lui accorder. A sa deuxième boutade, Emrys répondit par le silence, l'un des Frontaliers par son poing, le marchombre s'envola... sur le sol. L'officier lui infligea un solide coup dans l'abdomen pour le soulager de cette humeur déconcertante, mais c'était peine perdue : l'homme recommença de plus belle en débitant des versets de la loi impériale. Ignorait-il donc que la loi martiale était déclarée automatiquement suite à la tentative d'assassinat de Buhuna? Un Frontalier s'écroula sur un coup de chaise, la brume apparut soudainement, venue de nulle part, dans la salle d'interrogation. Emrys était moins surpris que ses compatriotes, mais il l'était tout de même : ainsi, cet homme était réellement un marchombre, un chevaucheur de brumes qui plus est!

Son ancêtre Valen Til' Lleldoryn en savait long sur les marchombres, ayant lui-même été formé par une marchombre, et ce savoir s'était transmis de génération en génération, augmenté par les connaissances acquises au contact des marchombres par les siens. La Guilde des marchombres ne connaissait pas l'Ordre des Chantelames, ou si peu, mais les Chantelames connaissent assez bien la Guilde des marchombres. Par respect, ils évitèrent de trop pénétrer leurs secrets - les Til' Lleldoryn et quelques rares Chantelames étaient capables de passer pour des marchombres - mais ils avaient entendu parler des chevaucheurs de brumes et seuls les véritables marchombres en étaient capables. Hélas pour ce marchombre-ci, il semblait avoir échoué dans sa tentative :


- Bel essai, marchombre! Voici pour ton petit tour!

Emrys lui asséna un violent atémi du tranchant de la main à la base du cou. Insuffisant pour le tuer, amplement suffisant pour le jeter sur les genoux et provoquer une douleur certaine et un manque d'air tout aussi certain.

- Ainsi donc, tu auras répondu à l'une de mes questions malgré toi, tu es véritablement un marchombre. A mon tour de te répondre, en temps normal, tu aurais eu raison et tu aurais pu repartir avec tes effets sans subir la moindre bosse. Le lieutenant Liwen Til' Galiwen qui t'a convoqué en ces lieux a certainement dû te mentionner que tu allais être interrogé en qualité de témoin dans le cadre de la tentative d'assassinat de Son Altesse Impériale, la princesse Buhuna Sil' Alfian, héritière légitime du Trône impérial. Aurais-tu oublié que toute tentative de régicide forçait la mise en application de la loi martiale? Auquel cas, tous les droits fondamentaux sont temporairement abrogés dans l'intérêt du royaume.

Courtois, le demi-Faël tendit une main au marchombre afin de l'aider à se relever :

- Depuis ta petite démonstration ratée, je peux te féliciter, tu n'es plus suspecté d'appartenir à la Guilde du Chaos, contrairement à ce que ton refus de répondre aux questions pouvait laisser penser. Néanmoins, tu es toujours convoqué pour apporter ton témoignage à une tentative de régicide et j'attends par conséquent que tu répondes à mes questions, marchombre, quelle que soit ton aversion pour l'autorité impériale. Accompagne-moi dans la cour et réponds civilement à mes questions, veux-tu, cela nous fera gagner du temps à tous les deux. Autrement, je peux t'assurer que je veillerai personnellement à te loger au fond d'un cachot dont tu ne sortiras pas... Est-ce compris?

Il ajouta sur un ton suspicieux :

- Par ailleurs, bien que j'en doute actuellement, tu pourrais être un marchombre enrôlé par contrat pour participer à cette tentative de régicide en y apportant ta contribution d'une manière ou d'une autre. Sois certain que je n'hésiterai pas à te tuer une seconde si tu ne fais rien pour dissiper ce doute. Ni toi... ni ton adorable louve qui t'a suivie jusqu'ici. Moi aussi, je suis observateur, marchombre, et je sais prêter attention aux détails...

Emrys Til' Lleldoryn n'aimait pas jouer sur les attaches, sur les points faibles, sur les sentiments. Il trouvait ces méthodes cruelles et lâches, mais il était entraîné depuis son enfance à les utiliser, à y recourir pour le plus grand bien de l'Empire. Il aimait Buhuna et elle avait toutes les qualités requises pour faire une grande souveraine et reconstruire Gwendalavir. Il ne laisserait personne se mettre en travers de sa destinée, il ne laisserait personne briser une oeuvre commencée voilà près de 1500 ans. Désignant du doigt le ciel étoilé, il conclut :

- Est-ce par ce beau ciel étoilé d'hiver que tu voudrais voir ta louve transformée en cape hivernale? Je suis certain que j'en trouverais un usage par les temps frais qui courent...

Emrys laissa planer sa menace, tel un fin orchestrateur qu'il était. Il se tenait prêt à tout, même à la réaction la plus désespérée, et l'homme mourrait avant d'avoir esquissé le moindre geste s'il tentait. Emrys Til' Lleldoryn était l'un des guerriers alaviriens capables de rivaliser avec Edwin Til' Illan.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Azur, Seigneur nominal d'Al-Poll, Protecteur d'Al-Jeit, et capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir
Revenir en haut Aller en bas
http://eleneithel.skyblog.com
Elrohir Melwasúl



Sexe : Masculin Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Cheval
Nombre de messages : 1776
Age : 110
Date d'inscription : 23/03/2006

Feuille de personnage
Age: 26 ans
Classe: Marchombre
Profession: Maître Marchombre, mercenaire

MessageSujet: Re: Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)   Lun 4 Avr 2011 - 4:25

Le marchombre refusa la main tendue et se releva de lui-même, avec certes quelques difficultés.
Se tenant alors devant le capitaine il lui adressa la parole.


— Je ne suis pas celui qui s'est dévoilé, officier. Tu savais depuis le début ce que j'étais. Il fit une petite pause puis reprit. Contrairement à ce que tu peux croire, je n'ai pas échoué, et toi non plus. Tu as répondu à mes questions.

Elrohir réajusta la boucle de ses gants, tourna la tête en arrière, regarda le garde toujours évanoui sur le sol. Le coup avait été violent, mais l'homme vivait. Un léger battement sur sa tempe certifiait que le sang coulait toujours dans ses veines de façon régulière.

— Allons prendre l'air officier.

Emrys Til' Lleldoryn fit un signe au garde près de la porte qui ouvrit celle-ci, le marchombre la passa en premier suivit du capitaine qui s'arrêta un court instant afin de donner quelques instructions aux gardes.
Ils empruntèrent une série de couloirs et d'escaliers pour arriver dans la cour équestre ...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Mist Rider

¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿¿ E kore tōku mōhio ki a koe ???????????????

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)   Aujourd'hui à 9:44

Revenir en haut Aller en bas
 

Minuit : L'heure du crime, le Chantelame la joue assassine (RP terminé)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Minuit, l'heure du crime au Bowery
» Il est minuit, l'heure du crime. Une main sort du buisson et ! ...
» Minuit, l'heure du crime || Luigi
» Minuit, l'heure du crime.
» Minuit l'heure du crime [Vicky]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches :: La Citadelle des Frontaliers :: L'Enceinte équestre :: La Porte du Septentrion-