AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches

Une adaptation en jeu de rôle de la Quête d'Ewilan de Pierre Bottero
 

Partagez | .
 

 Là où tout commença (RP inachevé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Buhuna Sil' Alfian

avatar


Sexe : Féminin Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 17/05/2010

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Classe: Noble
Profession: Impératrice sans Couronne, Princesse impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Là où tout commença (RP inachevé)   Mar 8 Juin 2010 - 11:50

Rappel du premier message :

L'hiver avait débuté, les Marches rêvetues de leur blanc manteau par une fraîche matinée. A l'intérieur de ses appartements à la Citadelle, la princesse Buhuna Sil' Alfian s'était préparée pour cette journée, essuyant les larmes versées par ses yeux rougis.

Elle n'oublierait jamais le massacre des siens, mais ses conseillers avaient raison : elle devait aller de l'avant et se lever pour Gwendalavir, pour honorer sa famille. Vêtue de sa robe bleue nuit favorite, ceinte de son épée, et emmitouflée dans sa cape d'hiver, elle avait quitté ses appartements pour paraître aux yeux de tous, pour la première fois depuis son arrivée dans les Marches. Saluant tous les Frontaliers qu'elle rencontrait sur son passage, elle s'arrêtait, prenait quelques instants pour échanger quelques mots avec eux, et poursuivait son périple, suivie par son escorte. Dans son dos, juste à quelques pas d'elle, Buhuna savait que se tenait Emrys Til' Lleldoryn, son fidèle chevalier, aussi vigilant et ténébreux que jamais. Peut-être l'ignorait-il, mais sa présence l'aidait à aller de l'avant. Bientôt, la princesse et ses gens parcouraient le chemin sinueux menant à la Citadelle, se dirigeant vers les camps de réfugiés érigés en contrebas du promontoire rocheux. Eux aussi, ils avaient besoin d'espoir. Bien qu'elle ne portait aucun insigne indiquant son rang, Buhuna fut immédiatement reconnue, probablement à cause de ses gardes du corps qui s'étaient déployés autour d'elle pour assurer sa protection. Respectueusement, les uns après les autres, les Alaviriens vivant dans ces camps s'inclinèrent sur son passage, geste qu'elle tentait vainement de stopper, leur déférence la mettait mal à l'aise et elle préférait de loin se montrer familière et informelle.

Ici, les conditions de vie n'étaient pas aisées. Les tentes laissaient passer le froid, en dépit des efforts des habitants pour les rendre plus confortables et mieux isolées. Des feux de camp étaient dispersés en tous lieux, les Alaviriens oisifs se pressant autour pour se réchauffer. Les artisans qui avaient conservés leurs outils avec eux tâchaient de travailler dans ces conditions peu idéales, davantage par amour du travail et par souci de s'occuper que pour gagner leur vie. Les mères de famille s'organisaient entre elles pour préparer des repas pour tout le monde, tâchant de rationner au mieux et de nourrir tout un chacun. Des hommes et des femmes au fait de l'art de soigner circulaient, s'évertuant à aider les malades, les gens épuisés par leur voyage. Parfois, l'on voyait un groupe d'enfants surgir au détour d'une tente et vaquer bruyamment à leurs jeux. La princesse circulait parmi tous, apportant tout le réconfort dont elle était capable, réfléchissant à des solutions pour employer les talents de tous, pour améliorer les conditions de vie de tout un chacun. Perdue dans ses pensées, absorbée dans une conversation avec l'un des meneurs parmi les réfugiés qui donnait des réponses honnêtes et franches aux questions qu'elle posait pour cerner la situation, Buhuna ne remarqua pas de suite qu'une innocente enfant tirait sur le bas de sa robe pour attirer son attention, s'attirant un regard assassin d'Emrys...
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Welyn Ensylbel

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 56
Age : 20
Date d'inscription : 20/05/2010

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Classe: Roturière
Profession: Aucune

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Sam 2 Oct 2010 - 19:45

Il y avait du monde. Plus de monde que Welyn n’en avait jamais vu. Des enfants qui jouaient, des guerriers, des marchands, et surtout, des gens qui lui souriaient. Personne ne s’écartait sur son chemin, personne ne lui lançait de regards hautains et méfiants, personne ne lui demandait de partir. La gamine était vraiment heureuse. Elle était au camp depuis peu, le voyage s’était parfaitement déroulé et le paysage qu’elle avait vu lui avait beaucoup plu. Quitter enfin ce petit village qui l’avait gardé prisonnière pendant huit ans lui faisait le plus grand bien même si elle avait perdu ses amis. Elle avait toujours rêvé de voyager… Et sa compagnie était des meilleures ! Liwen ne l’avait pas quittée et avait même répondu à toutes ses questions ! Welyn avait passé le trajet entier sur Fugitif et même si elle avait mal aux cuisses, elle avait envie de courir partout pour faire la connaissance de tout le camp.

Elle jeta un coup d’œil à Liwen qui semblait songeuse mais un homme vint interrompre ses pensées. Il demanda à Liwen de venir relever quelqu’un. Quelqu’un était tombé et avait besoin de la guerrière pour se relever ? C’était bizarre. Liwen devait se dire la même chose car elle fronça les sourcils. Puis elle prit la gamine par la main et lui annonça qu’elles allaient voir la Princesse. Welyn ne protesta pas et se laissa entraînée dans la foule. Puis elles arrivèrent devant une très jolie dame. Ce devait être la Princesse. A la grande surprise de la fillette, Liwen mit un genou à terre et dit quelque chose à la Princesse. Welyn ne comprit pas les deux premiers mots mais elle supposait que c’était une manière de dire bonjour. Puis sur un geste, la guerrière se releva avant de se rabaisser pour murmurer à l’oreille de la gamine :


-Vas-y, présente toi à la Princesse.

Welyn hocha vigoureusement la tête. Ne sachant pas comment elle devait se comporter devant un tel personnage, elle décida d’imiter Liwen. Elle posa un genou par terre et puis annonça de sa petite voix aigue :

-Bonjour Princesse ! Je m’appelle Welyn !

Elle choisit de ne pas révéler son nom de famille. Avec ça, Liwen serait sans doute capable de retrouver sa mère. Welyn jeta à un coup d’œil à la guerrière qui lui souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Ewil

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 482
Age : 22
Date d'inscription : 04/08/2007

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Classe: Marchombre
Profession: Barde, mercenaire

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 3 Oct 2010 - 18:01

    Tant de choses s’étaient déroulées ses derniers temps. Ambre était devenue officiellement la tutrice d’Enya, les papiers signés elle ne pouvait plus revenir en arrière. Elle ne l’aurait pas fait de toute façon. Son honneur était bien trop présent pour cela. Elle devait tenir sa promesse… D’un geste naturel elle passa la main dans ses cheveux. Ses boucles brunes mettraient sans doute un long moment avant de tomber à nouveau dans son dos. Libérée de ce poids, un autre lui pesait. Rien que d’y repenser les larmes lui venaient aux yeux, elle se força à ne pas pleurer puis s’allongea à même le sol, dans l’une des tentes des réfugiées où elle avait élu domicile avec celle qui était désormais sa fille, pour se plonger dans des souvenirs qui n’étaient pas des plus joyeux…

    Des souvenirs…

    « Elle avait laissé Enya à l’auberge. La confiant a des amis qu’elle jugeait digne de confiance. A des amis qui savaient se défendre et qui protégeraient l’enfant. Les papiers signés cette dernière était désormais officiellement sa fille. Même si Ambre la voyait plus comme une petite sœur que réellement comme une fille. Elles devaient quitter Al-Jeit désormais. Cette ville devenait de moins en moins sur ces derniers temps. Elle avait même entendu parler d’un complot contre l’empereur. Plus vite elles s’en iraient, mieux ce serait. Mais la marchombre avait une dernière formalité à remplir avant de pouvoir quitter la ville. Avant de pouvoir rejoindre la Citadelle des Frontaliers, puisque c’était cela qu’elle avait l’intention de faire.

    Akio était en ville.

    Akio était en ville mais ce n’était pas cela le plus important. Akio était en ville, cela signifiait que Bella était de retour. Sa jument adorée. Sa jument qu’elle avait depuis des années. Akio était en ville et elle se devait de l’oublier. Mais elle ne pouvait pas lui abandonner Bella. Il avait un cheval désormais. Il n’avait pas besoin de sa jument. Il devrait la lui rendre. De gré ou de force. Akio… Non, en réalité à l’instant même Bella ne comptait guère. Elle n’était qu’une excuse. Elle devait revoir Akio. Elle devait… tuer Akio. En temps que marchombre. En temps que sœur de Mina et belle-sœur de Falhen. Elle devait… tuer… Elle aimait Akio. Pouvait-on réellement tuer de sang froid celui que l’on aimait ? Pouvait-on réellement le voir mourir sous ses yeux ?

    Elle aimait Akio. Akio était en ville.

    Elle savait où le trouver. Il serait forcément à cet endroit. Le seul d’Al-Jeit qui ressemblait à l’un de leur coin préféré d’Al-Far quand ils étaient enfant. Là où ils s’entrainaient ensemble, dans la bonne humeur d’alors. En nom de leur amitié qu’ils croyaient sans limite. Qu’ils croyaient incassable. Ils n’étaient que deux gosses particulièrement naïfs ayant tous deux perdus leurs parents. Elle s’y dirigea donc. Sachant pertinemment qu’en nom de leur amitié d’antan il s’y trouverait forcément. Mais elle ne pensait pas le trouver ainsi. Son cœur la guidant malgré ce qu’elle n’osait s’avouer, elle arriva vite au lieu en question qu’aucun texte ne saurait décrire. Et ce qu’elle y vit lui déchira le cœur. Sans réagir elle laissa s’échapper l’auteur du désastre. Les yeux rivés sur son amant elle ne pouvait bouger. Sa vision tourna au rouge.

    Akio était en sang. Elle aimait Akio. Akio était en ville.

    Qui pouvait laisser quelqu’un tremper ainsi dans son sang ? Qui pouvait donc bien être capable de tant de méchanceté. De tant d’horreur. Lorsqu’elle reprit conscience de son corps elle sentit les larmes couler d’elle-même avant de se précipiter vers son amant. L’amour donnant des ailes elle y fut plus rapidement que ce ne pouvait être possible. Aucun mot ne réussissait à sortir de sa bouche. Rien de ce qu’elle ne devait dire. Rien de ce qu’elle n’aurait voulu dire. Elle sentait le regard d’Akio fixé sur elle. Plus qu’elle ne le voyait. Elle se pencha sur son corps ensanglanté, il respirait encore, mais pour combien de temps ? N’y avait-il pas un rêveur dans le coin. Elle commença à se lever dans l’espoir d’en trouver un mais son amant lui saisit alors le bras, usant de ses dernières forces. Elle se rassit. Caressant tendrement son visage, puisqu’elle n’était pas capable de mieux. Elle vit ses lèvres bouger mais aucun son n’en sortit. Posant un de ses longs doigts fins sur ses lèvres elle lui intima l’ordre de se taire. Cet idiot ne trouva rien de mieux à faire que d’y déposer un baiser. Elle devina que c’était son nom qu’il tentait alors de prononcer.

    Akio agonisait.

    Cette pensée lui fit l’effet d’une gifle. Akio agonisait. Akio se mourrait. Ce sang qui coulait c’était sa vie qui s’enfuyait. Elle ne pouvait pas le laisser ainsi mourir. Elle avait donc deux choix. Soit le sauver, soit l’achever. Le regarder mourir lui était insupportable. Choisissant le premier, sachant qu’Akio comprenait son dilemme, elle se leva. Mais le bras de son amant la retenait toujours. Elle baissa son regard vers lui, croisant ses yeux gris. Et elle comprit. Elle comprit qu’il était déjà trop tard. Que plus personne ne pouvait rien pour lui. Que dans quelques minutes il serait mort. Qu’il ne sentait même plus la douleur. Qu’il ne voulait pas qu’elle s’en aille. Même si cela lui faisait mal. Il voulait rester avec elle jusqu’au bout. Elle remarqua alors son autre main, pas celle qui tenait son bras. Elle était serré, et, le mercenaire sentant son regard, lisant presque dans ses pensées, desserra cette dernière. Dévoilant un bijou. Une pierre que la marchombre connaissait bien car elle portait le même nom. Une pierre qui faisait office de pendentif. Une pierre qu’Akio lui avait offerte étant petite. Une pierre qu’elle croyait avoir perdu le jour de la mort de Mina et Fah. Une pierre qu’apparemment il avait récupérée.

    La compréhension sans aucune parole étant réciproque, elle ramassa la pierre d’ambre et l’accrocha à son cou, la glissant sous sa combinaison de cuir, tout contre son cœur. Les larmes ne cessaient de couler, elle se rendait peu à peu compte à quel point elle tenait à Akio. A quel point elle ne souhaitait surtout pas le perdre… Mais elle était arrivée trop tard. Il était bien trop mal en point pour que quiconque puisse le sauver désormais. Elle se pencha alors vers lui, comprenant que la fin était proche et déposa un doux baiser sur ses lèvres. Un baiser au gout salé des larmes et amer du sang. Un baiser qui se finit au moment exact de sa mort. Au moment exact où elle arrêta de pleurer.

    Elle transporta le corps inerte là où elle pouvait l’enterrer dignement. Car elle savait que c’est ce qu’il aurait voulu. Il avait fini dignement, se battant contre son maître. Elle l’avait enfin compris. Armée d’un couteau, elle prit ses cheveux d’une main et les coupa d’un geste nette. Elle ne savait d’où lui venait cette tradition de couper ses cheveux pour porter le deuil d’un être cher, mais elle la suivait. Les jetant dans la tombe avec le corps de son amant, elle reboucha ensuite le trou. Ne laissant aucune indication sur qui reposait là. Ne laissant aucun indice sur le fait qu’il y est là une tombe.

    Elle rentra tard ce soir là. »

    Les larmes avaient coulées sans qu’elle n’en remarque rien. Trempant sa tunique. Elle se leva, remarquant que quelqu’un l’observait. Elle ne fit aucun geste brusque, sachant parfaitement de qui il s’agissait. Tournant la tête vers la jeune femme, sans tenter de cacher ses larmes elle s’adressa à elle :


    - Tu as du tissu ?

    Elle acquiesça. Elle partageait la même tente qu’elle, et parcourait habituellement le camp pour recoudre les habits abimés. Alors il semblait logique qu’elle est du tissu également. Elle était couturière dans le temps. Le temps où toutes ses péripéties n’étaient pas encore arrivées. Ou le monde vivait tranquillement sans savoir ce qui l’attendait. Elle comprit ce que le marchombre souhaitait avant même que cette dernière n’ouvre la bouche. Elle lui présenta un tissu noir, et un autre coloré. Puis lui proposa de l’aider. Ambre accepta volontiers, sachant que ce ne serait pas simple. Elles confectionnèrent ainsi deux robes, l’une noire pour la jeune femme, l’autre coloré pour Enya. Ambre la remercia volontiers, enfila sa tenue, admirant un instant la pierre d’ambre toujours suspendue puis sortit de la tente pour trouver celle qu’elle considérait comme sa petite sœur et donc elle était désormais la tutrice…

    [Voilà, je réponds enfin, et Akio est enfin mort =D J'suis triste ='(]
Revenir en haut Aller en bas
Elyna Nythias

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 56
Age : 22
Date d'inscription : 26/09/2010

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Classe: Marchombre
Profession: Apprentie Marchombre

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 6 Oct 2010 - 14:01

Elyna marchait dans le camp. Le ciel était gris mais peu de gens y prêtait attention. L'arrivée de la Princesse semblait avoir déclenché la joie un peu partout dans le lieu des réfugiés. La jeune fille avait aperçu de loin Buhuna Sil'Afian mais ne s'était pas approchée pour autant. L'important était surtout qu'elle soit en vie. Quoi qu'il en soit, beaucoup de monde avait été la voir. D'ailleurs, la surveillance n'avait pas été oubliée et les gardes étaient on ne peut plus vigilants. Elyna déambulait dans le camp un peu hasard, déjà pour visiter mais aussi pour prendre ses repères. Vu les temps qui semblaient s'annoncer, elle allait sans doute rester ici un bon bout de temps. Elle devait aussi trouver une tente innocupée. Elle n'avait pas beaucoup de biens donc, la place n'allait pas être un grand problème.
La jeune fille s'arrêta soudainement. Devant elle, une femme était sortie d'une des tentes, portant une longue robe noire. Elle était belle et le vêtement ne semblait pas être facile à confectionner. Celle qu'elle regardait dût se sentir observée, et son regard croisa un court instant celui d'Elyna. Cette dernière détourna la tête, prenant conscience de son impolitesse.
Elle reprit sa marche, tout en tentant de se concentrer à nouveau sur le chemin qu'elle prenait.


[J'ai mis "tente inoccupée" mais je ne sais pas si on en offre, où s'il y en a beaucoup installée dans le camp. Je risque sans doute de m'être trompée, et si c'est le cas, je changerai le plus rapidement possible.]
Revenir en haut Aller en bas
Elladan Ril'Azurian

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 75
Age : 22
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Jeu 7 Oct 2010 - 17:32

Elladan marchait dans le camp des réfugiés. Sa démarche souple, silencieuse, montrait bien ses origines frontalières, mais son long manteau le démarquait d'eux, en bien ou en mal, il ne saurait le dire. Ses deux sabres battaient ses flancs et ses mains n'étaient jamais loin de la poignée. Il savait qu'il devrait être au front, ou à la Citadelle parmi les siens, mais il ne pouvait s'empecher de voir les restes de la grandiose civilisation qu'était les Alaviriens. Il n'avait pleuré, il avait juste tourné le dos et était reparti à cheval, sur Brume, sans aucun mot. Il n'avait même pas vu la nouvelle Impératrice de l'Empire, mais il n'en avait cure. Le seul moyen de sauver Gwendalavir était de se battre et le Frontalier décida de rejoindre les plaines qui bordaient le camp, pour éviter les mauvaises surprises aux réfugiés.

Il avait monté un feu, au cas ou une goule serait présente, tout en préparant quelques brandons enflammés, son arc de guerre à porté de main. Il attendit un signe, un ennemi, mais tout était étrangement calme, un calme inquiétant, effrayant. Un calme qui n'était jamais étranger au Frontalier habitué au silence. Mais un bruit de cavalcade retentit et Elladan dégaina un de ses sabres tout en prenant un bâton enflammé. Le Cavalier était un Demi-Faël qui semblait presser; mais Elladan l'obligea à s'arrêter.

Un modéle de guerrier Demi-Faël portant l'armure des Combattants Impériaux, qui venait à peine de sortir du camp, à en juger de l'état de sa monture. Bien sur, le Frontalier connaissait Emrys Til'Lledoryn, mais il ignorait encore l'apparence de l'un des Grands de Gwendalavir.

-Paix! Qu'est ce qui ammène un guerrier solitaire, un soldat impérial dans ces plaines désertes?
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Ewil

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 482
Age : 22
Date d'inscription : 04/08/2007

Feuille de personnage
Age: 29 ans
Classe: Marchombre
Profession: Barde, mercenaire

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 17 Oct 2010 - 10:38

    La jeune femme n’avait plus l’habitude de porter des robes. En tant que marchombre, les occasions étaient rares. D’ordinaire elle profitait du fait de mettre des robes en en choisissant de couleurs clairs. Cette fois-ci elle était noire. Elle affirmait ainsi le deuil de son amant. Seules touches de couleurs sur elle étaient la pierre d’ambre, éternellement suspendue à son cou et les mèches rouges emmêlées avec ses courtes boucles brunes. Elle portait le deuil. Oui… Elle portait le deuil de celui qu’elle avait vu mourir. De celui qui avait été son meilleur ami. Son amant. Son amour. Elle portait le deuil d’une triste personne. Une personne qui n’avait que très peu connu la paix. Une personne particulièrement chère à son cœur, mais si cela aurait du être le contraire…

    Rien que d’évoquer son souvenir, les larmes lui montaient aux yeux. Elle les ravala avant qu’elles ne coulent sur ses joues puis tenta de se calmer. De penser à autre chose. La petite robe qu’elle tenait à la main la ramena à la réalité. Elle devait trouver Enya. Elle ne l’avait laissé que trop longtemps sans surveillance. Elles avaient beau être dans le même camp de réfugiés que la princesse Enya n’en était pas plus en sécurité. Au contraire même peut-être. La garde censé assurer le calme ne devait avoir d’yeux que pour la princesse et sa sécurité. Ou la gamine pouvait-elle bien être passée ? Elle allait se mettre à sa recherche lorsqu’un regard posé sur elle la retint. Quelqu’un la fixait. D’un regard qui aurait pu être discret mais qui ne l’était pas pour les sens de la marchombre. Cette dernière se retourna alors pour faire face à celle qui se permettait de l’observer.

    A celle qui détourna le regard presqu’immédiatement. Un regard vert émeraude comme l’on en voyait rarement. Un regard rempli d’un quelque chose familier à la jeune marchombre mais dont elle ne parvenait pas à trouver le nom. Le fait que l’adolescente détourne le regard permit à la marchombre de l’observer totalement. Elle n’était pas très grande, elle devait faire environ la même taille qu’Ambre. Assez maigre sans avoir assez de muscle pour cacher cela, fine donc. Elle avait de longs cheveux noirs qui rappelèrent à la marchombre ses anciennes boucles qui tombaient alors dans le bas de son dos et qui désormais n’étaient plus qu’un triste souvenir... La jeune femme était sure de n’avoir jamais croisé cette adolescente, pourtant quelque chose en elle lui rappelait un « je ne sais quoi » qui l’empêchait de la laisser s’en aller sans un mot.


    - Attends !, dit-elle avant même de s’en rendre compte.

    Elle la rattrapa sans problèmes, mais sans savoir ce qui l’avait poussé à agir ainsi. Plantant son regard gris dans les yeux émeraudes de son interlocutrice elle reprit la parole :


    - Tu cherches une tente je me trompe ?

    Toujours sans qu’elle n’en prenne conscience son esprit avait déjà compris cela. La jeune fille n’avait que peu d’affaires, rien ne semblait donc la prédestiner à chercher une tente comme l’avait dit Ambre. Mais elle en avait tout de même trop pour ne vouloir que se balader dans le camp. Il semblait donc logique qu’elle cherche à s’installer quelque part. Et puis elle n’avait pas la tête d’une marchande, elle ne voulait donc pas vendre ce qu’elle transportait. Au final tout portait à croire qu’elle cherchait simplement une tente.

    - Il reste une place dans celle-là, continua-t-elle en désignant la tente d’où elle venait de sortir.

    Elle ignorait ce qui l’avait poussé à lui proposer de partager sa tente. Toutefois elle ne risquait pas de revenir sur sa proposition. N’attendant pas de réponse de sa part elle se désintéressa du sujet de la conversation, se concentrant sur l’endroit où aurait pu aller la gamine aux cheveux roses. Ses cheveux virevoltaient au gré du vent. Elle se rappela alors des paroles de son maître. Il ne concernait pas cet élément mais le vide. Elle avait une route à faire et ce dernier aurait pu l’y amener plus rapidement. Une bouffée de vent souffla soudain devant son nez. Lui apportant l’odeur qu’elle attendait. Enya ! Enya n’était pas loin. Et elle n’était pas en bonne posture apparemment.


    - Je dois y aller, pardon. Au fait, je me nomme Ambre.

    Et elle s’en alla sans plus porter d’attention à la jeune fille. Se dépêchant de rejoindre celle dont elle était la tutrice et qui avait besoin de son aide. Elle la trouva rapidement, entourée de jeunes voyous.

    [Post pas génial mais bon =/]
Revenir en haut Aller en bas
Elyna Nythias

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 56
Age : 22
Date d'inscription : 26/09/2010

Feuille de personnage
Age: 17 ans
Classe: Marchombre
Profession: Apprentie Marchombre

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 17 Oct 2010 - 16:26

Elyna avait repris sa marche tout en demandant à qui elle devait s'adresser pour trouver une tente. Le camp était plutôt large, et elle se voyait pas le visiter de fond en comble pour trouver celui qui gérait les personnes qui arrivaient. Etant plongée de nouveau dans ses pensées, elle fut surprise qu'une voix l'interpelle. Surtout ici alors que personne ne la connaissait. La jeune fille eut juste le temps de se retourner que la jeune femme avec la robe noire était déjà devant elle. Elle était rapide, vive et souple tout comme elle possédait des yeux gris qu'elle n'avait pas remarqué jusque-là. Elyna la regarda, décontenancée. L'Alvarienne se demanda alors si la jeune femme n'avait pas apprécié qu'elle l'ait regardée si ouvertement. Sans doute était-ce pour ça qu'ellee l'avait arrêtée. Elle s'apprêta à s'excuser, mais ce fut un tout autre sujet qu'aborda son ainée.

- Tu cherches une tente je me trompe ? Il reste une place dans celle-là.

La jeune fille regarda la tente, de plus en plus étonnée du retournement de la situation. Elle regarda à nouveau celle qui lui proposait son hospitalité. Ce fut à ce moment qu'Elyna prit conscience qu'elle était restée muette durant toute la conversation. Se reprenant, elle ouvrit la bouche pour remercier son ainée, mais elle semblait ailleurs.

- Je dois y aller, pardon. Au fait, je me nomme Ambre.

Avant qu'elle ne puisse l'arrêter, la jeune femme était partie sans un mot. Elyna eut l'idée de la suivre, mais abandonna rapidement. Elle risquait de se perdre, en plus qu'elle était déjà loin. Autant s'installer dans la tente en attendant son retour.

Elyna s'approcha timidement de l'abri. Elle se sentait un peu gênée d'entrer de cette façon. Et aussi perplexe. Pourquoi lui avait-elle permis d'un seul coup de pouvoir habiter avec elle ? Elle était une inconnue et elle avait été aussi impolie - involontairement, mais elle l'avait été quand même. Elyna ne l'avait même pas remerciée A faire dès que Ambre reviendrait. Et se présenter aussi.
Elyna regarda la tente, ainsi que les objets des deux occupantes. Elle repéra un coin qui n'était pas vraiment occupé et décida de s'installer là, le temps du moins d'en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Til' Lleldoryn

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 2341
Age : 29
Date d'inscription : 17/04/2006

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Classe: Chantelame
Profession: Seigneur Azur, Seigneur nominal d’Al-Poll, Protecteur d’Al-Jeit, et Capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Sam 23 Oct 2010 - 14:22

A peine sorti du camp, Emrys entendit un guerrier frontalier l'interpeller, installé près d'un feu. A vue d'oeil, il s'agissait d'un marginal, comme il en apparaissait parfois dans les Marches, revêtu d'une cape rouge et noire assez voyante, armé de deux sabres. Cela eut le don d'exaspérer quelque peu le demi-Faël, qui avait bien autre chose à faire que de répondre aux questions d'un jeune coq suffisamment ignorant pour ne pas reconnaître un officier impérial célèbre et respecté parmi les Frontaliers.

- Ouvre les yeux, Frontalier, et tu verras que je suis un officier des armées impériales, non un simple soldat! Je suis Emrys Til' Lleldoryn, Chevalier-capitaine de la Garde impériale et protecteur de la princesse Buhuna Sil' Alfian, et mon rang me donne toute latitude pour me déplacer dans les Marches sans être interpellé. Et toi, qui es-tu, jeune coq impudent?

Alors qu'il faisait par habitude exception à la discipline des armées en portant ses habits civils plutôt que l'uniforme, Emrys était, cette fois, exceptionnellement revêtu de l'uniforme parfaitement reconnaissable des officiers supérieurs des armées impériales : par-dessus une tunique bien coupée d'un gris acier profond, assortie aux braies, le surcot bleu azur des officiers, brodé d'or aux entournures pour marquer le rang de capitaine, frappé aux armes de Gwendalavir. Moins voyant que l'uniforme de parade rouge sang des armées impériales, il était néanmoins parfaitement reconnaissable à distance, ce qui ne manquait pas d'agacer le protecteur de Buhuna.

- Décline ton identité, que je puisse obtenir ultérieurement réparation pour cette insulte! Un duel ou des excuses en bonne et due forme!

Le demi-Faël ne tenait pas particulièrement à se battre en duel, car il avait bien mieux à faire, mais il pensait néanmoins que le Frontalier se garderait de se battre en duel avec un officier de l'armée impériale aussi prestigieux et renommé que ne l'était Emrys. Néanmoins, avec les marginaux, l'on ne savait jamais...




_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Azur, Seigneur nominal d'Al-Poll, Protecteur d'Al-Jeit, et capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir
Revenir en haut Aller en bas
http://eleneithel.skyblog.com
Elladan Ril'Azurian

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Taureau
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 75
Age : 22
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 27 Oct 2010 - 18:00

Elladan ecarquilla les yeux sous l'insulte, non seulement il comprenait sa méprise car il avait interpellé l'un des grands de Gwendalavir et l'un des meilleurs guerriers que son peuple ait jamais connu, c'était aussi un personnage clé de l'Empire vaincu. Mais se faire traiter de jeune coq par un homme qui sous estimait son peuple, c'était vraiment la pire des insultes. Son peuple était toujours le plus valeureux de tout l'empire et celui qui l'insultait devait généralement le payer dans le sang. Ce que le jeune homme n'avait pas vraiment très envie d'accomplir, et qu'il savait que ce combat était perdu d'avance, vu qu'il connaissait la réputation du Capitaine qui valait à peu près celle de son Supérieur, un Frontalier.

Mais l'entraînement de ces hommes durs et presques invincibles faisait qu'ils étaient insensibles à toute menace et injure. Elladan lacha son brandon enflammé et rengaina sa lame avant d'écouter les sons non loin. Tout était calme, même si les bruits incessants des créatures vivants dans les Marches du Nord le rassurait car ils représentaient la certitude parfaite du Danger qui ne concernait que les solitaires... ou les marginaux. Mais néanmoins, il savait qu'il était en tort car les Frontaliers ne devaient jamais intervenir ou déranger une mission impériale. Donc il devait payer sa faute... Ce que le jeune homme n'avait jamais fait

-Elladan Ril'Azurian. Maintenant le coq va vous dire deux choses. La première est que le coq, bien qu'il soit plus jeune que vous, est capable de vous faire rentre votre suffisance dans la gorge. Le second est que je m'excuse, bien que nous aurions pu tout régler par un duel, que j'aurais perdu car vous êtes préssé et plus expérimenté que moi. Et ensuite je vais vous rappeler le vieux conte d'une dizaine d'hommes qui ont attaqués un couple de Frontalier, il y à longtemps. Je pense que vous pourrez demander ce qui c'est passé à l'unique survivant. Malgré celà, j'avoue que j'ai gravement fauté envers mon honneur et celui de mon peuple. J'ai une dette à payer pour vous, Emrys Til'Lleldoryn.

Le jeune Frontalier n'avait pas réfléchit à ses paroles, un peu pompeuses en soi pour un frontalier, mais il n'en avait cure. Il avait une "dette" selon lui et il comptait bien la payer. Elladan se dirigea vers son cheval, lui murmura quelques mots à l'oreille, pour lui dire que la pause était finie, et le fit lentement trotter jusqu'au capitaine. Il mit sa main sur son coeur. Il espérait que le Capitaine comprendrait ce signe et qu'il le laisserait chevaucher avec lui, car sinon, le jeune homme devrait rentrer à la Citadelle, ce qu'il n'avait pas très envie de faire, avec une dette d'honneur non payée. Ce qu'il ne fallait surtout pas faire

-Je vous demande la permission de vous accompagner, Capitaine Til'Lleldoryn, jusqu'à ce que j'expie ma faute de vous avoir hélé, comme un manant. Et si vous refusez, je me mettrais au service de notre Impératrice ou je retournerai à la Citadelle..
Revenir en haut Aller en bas
Beitiris Ar' Kriss

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 36
Age : 29
Date d'inscription : 16/06/2010

Feuille de personnage
Age:
Classe:
Profession:

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mar 9 Nov 2010 - 20:29

Une princesse entourée de son escorte, un jeune officier qui présente un enfant, et une voix d'outre-tombe qui lança sur un ton ironique :

- Joli tatouage, lieutenant, il s'avère que j'ai le même.

Mais, comment en arriva-t-on là? Reprenons l'histoire depuis le début. Une fois encore, Beitiris Ar' Kriss fut ramenée à la vie. Là, dans les eaux de l'Oeil d'Otolep, elle sent la vie affluer en elle, une vie chaleureuse qui chasse la froideur de la mort. Comme toujours, elle souffre de ce retour et ne peut retenir un long cri muet qui résonne en elle. Affamée, trempée, engourdie, Beitiris ne peut s'empêcher, comme à chaque fois, d'étreindre son corps, réflexe instinctif visant à s'assurer de la réalité de ce qu'elle vit et tout cela est bien réel. Dans le miroir de l'eau, elle se vit, elle vit le reflet d'elle-même, le reflet d'une magnifique jeune femme de 28 ans en armure. Se déplaçant difficilement, elle parvint, à bout de forces, sur la berge et entreprit de s'en délester afin de pouvoir respirer plus aisément. Une nouvelle existence s'ouvrait à elle, sa quête pouvait recommencer.

Deux mois plus tard, Beitiris Ar' Kriss avait repris ses repères avec la réalité et était au fait de la situation en Gwendalavir. Grâce à l'Anneau de Slynn, elle avait pu rallier sans difficultés la Grotte des Chantelames et s'approprier le nécessaire pour reprendre ses périples. Nulle nourriture, contrairement à autrefois, mais, au moins, l'ancienne coutume était toujours respectée et l'antre des Chantelames était pourvu en argent et en équipement. Beitiris y était restée quelques temps afin de se constituer des rations de voyage et de reconstituer l'équipement qui lui serait nécessaire pour voyager avant de gagner la province d'Al-Vor grâce à son anneau. Quelle surprise ne fut pas la sienne lorsqu'elle assista à un siège en règle de la ville! Se faisant passer pour une mercenaire, elle écuma la ville en état de guerre et finit par recueillir les informations dont elle avait cruellement besoin pour se réadapter en laissant traîner ses oreilles dans les tavernes. Après maints efforts, elle parvint à compléter son équipement, notamment par l'achat d'un puissant destrier, et s'en fut pour les Marches Frontalières lors d'une sortie de la Garde d'Al-Vor lors d'une tempête de neige, preuve de la dureté de l'hiver. Si l'Ordre des Chantelames existait encore, ses membres seraient certainement non loin de l'héritière légitime du trône.

En route, Beitiris se fit passer pour un chevalier et accepta de protéger une famille de fermiers d'Al-Chen qui s'en allaient trouver refuge dans les Marches Frontalières, fuyant l'autorité des Sentinelles félonnes. De par sa ruse et ses prouesses martiales, la jeune femme parvint à mener les réfugiés à la frontière des Marches, où ils rencontrèrent une troupe d'éclaireurs frontaliers qui les guidèrent au camp des réfugiés. Là, ce fut le désespoir et la morosité, mais au moins les Alaviriens étaient-ils libres et protégés par leur princesse légitime, si dures fussent les conditions de vie. Finalement, après plusieurs jours d'observation des environs, Beitiris vit avec intérêt la visite de la princesse Buhuna Sil' Alfian et de son escorte, reconnaissant l'officier qui l'escortait comme un membre de la lignée des Til' Lleldoryn, du fait de sa ressemblance avec son ancêtre Valen. Néanmoins, elle s'abstint de s'introduire auprès de lui et préféra conserver ses distances pour le moment, le temps d'évaluer la situation. Jugeant qu'elle en savait assez, Beitiris s'avança alors vers la princesse pour se présenter à elle - et plus particulièrement au jeune lieutenant qui arborait le tatouage des Chantelames - sans nullement s'inquiéter des légionnaires noirs qui la menacèrent de leur lance.


- Joli tatouage, lieutenant, il s'avère que j'ai le même.

Levant les mains pour montrer ses intentions amicales aux gardes du corps, Beitiris enleva alors lentement son heaume pour dévoiler son identité.

- Veuillez excuser mes manières, je reviens d'un long voyage. Dame Beitiris Ar' Kriss, à votre service. Avec l'accord de votre Altesse, je souhaiterais entretenir le jeune officier ci-présent d'une affaire importante qui ne peut malheureusement pas souffrir de délais. Soyez assurée, je ne serai pas longue et je reviendrai me présenter comme il sied en présence de la futur impératrice de Gwendalavir.

Si le ton de Beitiris était incontestablement courtois, mais fier, son expression très aristocratique était, elle, imprimée d'une mélancolie et d'une tristesse profondes. Oubliant quelque peu sa place dans la société actuelle, elle se comportait encore comme la haute aristocrate qu'elle fut, remettant son heaume et ses gantelets de vargélite à un légionnaire noir quelque peu surpris de ce geste. Sur sa main gauche, figurait son propre tatouage chantelame qu'elle découvrit un infime instant, le temps que le jeune lieutenant le voie.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Chantelame, Maître d'armes de l'Ordre
Revenir en haut Aller en bas
Liwen Til' Galiwen

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 126
Age : 20
Date d'inscription : 08/12/2009

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Classe: Chantelame
Profession: Premier Lieutenant de la Garde impériale d’Al-Jeit, Capitaine faisant fonctions

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mar 30 Nov 2010 - 19:51

Liwen fut étonnée de l'attitude de Welyn et elle n'était pas la seule. L'étonnement se lisait facilement sur le visage de la Princesse. Les gardes, eux, restaient impassible. Un sourire fendit le visage de Buhuna, décidément cette fillette faisait sourire tout le monde. Buhuna l'invita à se relever et l'enfant rejoignit Liwen. L'apprentie chantelame observa la Princesse et les gardes. Personne ne semblait inquiet, Emrys avait dû s'absenter pour une affaire quelconque, mais Liwen préféra s'en assurer:

-Puis je connaitre la raison de l'absence du Capitaine?

-Une sentinelle a remarqué quelque chose d'étrange non loin du camp. Il est parti s'assurer qu'il n'y avait rien de grave.


Un personne pourvue d'une armure lourde s'approcha. Une épée était attachée à droite, à sa ceinture. Ses manières et sont ton aristocrate énerva Liwen. Elle retira son casque dévoilant un visage pâle barré d'une cicatrice à son œil gauche. Ses yeux étaient aussi noirs que ses cheveux.
Ainsi Liwen faisait la rencontre de cette chantelame légendaire... Beitiris Ar' Kriss...
Mais cette femme était en présence de la Princesse et il y avait quelques règles à respecter.


-Qui que vous soyez, vous ne pouvez pas porter d'arme en présence de la Princesse. Il serait préférable que ça ne se reproduise plus.


Liwen réfléchit, elle ne savait quoi faire... Elle ne pouvait pas suivre cette chantelame alors qu'elle avait la responsabilité de la garde de la Princesse. Si il lui arrivait quoique ce soir, la faute serait surement rejetée sur Liwen et la garde et dans ce cas, elle risquait la peine de mort...
Le meilleur choix selon elle était de ne pas suivre cette chantelame, mais elle avait quelque chose d'important à dire. Au pire, Beitiris se vexerait et Liwen encaisserait sa colère.
Son choix était fait, elle préférait subir l'impatience de la chantelame.


-Et... J'ai bien peur de ne pouvoir vous suivre. Je dois rester ici jusqu'au retour du Capitaine qui ne tardera pas à revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Elia et Caeran Astany

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 7
Age : 20
Date d'inscription : 16/11/2010

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Sam 18 Déc 2010 - 11:30

Elia et Caeran était infiltrés depuis quelque jours dans le camp avec d'autres mercenaires. Les deux envoleurs devaient réduire la menace des marchombres présents. Les mercenaires attendaient le moment opportun pour attaquer.
C'est alors qu'une femme s'approcha des deux amoureux.


-Elia? Demanda t-elle.

Elia la regarda, étonnée. Ces traits fins, ce joli visage, ces cheveux magnifiques.... C'était Ayana! La femme qui l'avait toujours surpassé, celle qui avait eut tout ce qu'Elia voulait! Celle qui l'avait détruite! Caeran lui ne la reconnut pas trop absorbé dans sa mission. C'était le matin , et les deux jeunes gens ne devraient pas tarder à s'éclipser car après tout les gens sortaient et Caeran se sentait mal...

-Bonjour, Ayana... Dit-elle sur un ton méprisant.

Au fil des années, Elia avait beaucoup repensé à son " amie " et un sentiment de haine l'avait envahi... Elles s'observèrent de longues minutes et Ayana lâcha:


-Je suis devenu Marchombre, MOI. Et j'avoue que c'est aussi bien que je me l'imaginais. Se vanta t-elle.Je n'ai pas fait tous ces efforts pour rien, moi. On a enfin découvert mes talents.

La colère envahit Elia et elle gifla Ayana. Cette dernière ne si attendait pas et elle poussa un cri. Les regards se tournèrent vers elles et Caeran sortit de ses songes.

-Ta jalousie n'a pas de limites! Je ne t'ai pas assez humilié étant petite? Il faut que je le refasse?

Elia sortit deux dagues, imitée par Ayana. Caeran tenta de l'arrêter mais Elia lança l'attaque. Tous les regards se tournèrent vers les combattantes. Toute l'attention était fixée sur les deux ennemies. Caeran était embêté, il était dans le cercle sans savoir quoi faire. Mais sa femme risquait d'être blessée... Il lança l'assaut également. Mais Ayana était une excellente marchombre, la vaincre ne serait pas facile...
Revenir en haut Aller en bas
Alinor Caosi

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 19 Déc 2010 - 11:24

J'observais Elia et Caeran, je ne les connaissais que de vue mais j'avais eu un soudain regain d'intérêt pour eux quand ils ont osé s'approcher si près de la princesse, s'ils pouvaient encore faire quelques pas, cela suffirait surement... mais qu'est ce qu'elle faisait ? Elle allait tout faire rater !
Je savais bien que les envoleurs ne nous apporteraient que des problèmes si on rencontrait des marchombres, ils auraient été plus utiles pour prendre à revers les gardes de la princesse, alors que pour le moment elle parlait avec quelqu'un et la conversation n'était pas amicale, les gardes d'ailleurs les surveillaient aussi, raté pour s'approcher discrètement.
J'observais la suite, si elle faisait tout échouer elle le regretterait, je ne les raterais pas. L'échec n'était pas envisageable. Et...
Elle combattait maintenant ?
Un rapide coup d'oeil aux gardes, ils surveillaient aussi le combat entre la marchombre et Elia.
C'était notre chance.
Je tirais mon sabre, un rapide coup d'oeil aux environs me permit de voir que tous les mercenaires étaient prêts.
A l'attaque.

Nous nous élançames rapidement, tous vers notre but : la princesse. Aussitôt les gardes réagirent rapidement et engagèrent le combat. Je dus moi-même me pencher pour éviter de me faire trancher la tête, je me relevais et parais une seconde attaque avant de planter mon sabre dans le bras de mon adversaire, je n'avais pas le temps de le tuer, il ne pouvait plus rien faire donc je devais avancer quand...
Revenir en haut Aller en bas
Liwen Til' Galiwen

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 126
Age : 20
Date d'inscription : 08/12/2009

Feuille de personnage
Age: 25 ans
Classe: Chantelame
Profession: Premier Lieutenant de la Garde impériale d’Al-Jeit, Capitaine faisant fonctions

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 19 Déc 2010 - 20:55

Depuis quelques jours Liwen avait un mauvais pressentiment. Depuis qu'elle était revenue, elle avait l'impression que quelque chose de mauvais se tramer... C'était une des raisons pour lesquelles elle n'avait pas quitté la Princesse.
Un combat se déclencha non loin, apparemment une marchombre et les deux autres? Elle observa leur façon de se battre... Des Mercenaires du Chaos!
Elle allait crier " En garde ", mais déjà ils étaient sur eux. Elle remarqua un mercenaire particulièrement dangereux. Il avait déjà mis hors de combat un des gardes et se rapprochait dangereusement de la Princesse!


-On se replie dans la Citadelle! Protégez la Princesse à tout prix!


Après avoir donner ses ordres elle se dirigea vers l'homme dangereux, plantant dans un bras, un de ses cimeterres entre deux. L'image de Welyn surgit dans ses pensée. Elle se retourna, la petite était avec la Princesse, effrayée , pourvut qu'il ne leur arrive rien.

Elle arriva devant le mercenaire en question... Un affrontement qui risquera d'être difficile pour elle qui n'avait combattu principalement que des Raïs...
Mais bon, elle avait reçu un entrainement chantelame, son but était de lutter contre ces gens!
Elle engagea le combat, le rythme était rapide et les deux adversaires n'étaient pas près à abandonner...

Elle lança une attaque vers la droite, immédiatement déviée. Elle parait du mieux qu'elle pouvait et esquivait les attaques. Elle était totalement concentrée dans le combat et elle ne se préoccupait de rien d'autre... Aussi un autre mercenaire aurait pu s'approcher sans qu'elle s'en rende compte immédiatement...

Revenir en haut Aller en bas
Buhuna Sil' Alfian

avatar


Sexe : Féminin Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 17/05/2010

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Classe: Noble
Profession: Impératrice sans Couronne, Princesse impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 29 Déc 2010 - 1:46

Buhuna, quoique surprise, se reprit assez vite. Elle posa la main sur son épée... puis suspendit son geste. Une voix résonna dans sa tête, deux yeux bleus brillèrent dans sa mémoire...

« Buhuna, je connais votre compétence à l'épée, je vous ai formée, mais vous n'êtes néanmoins pas encore une fine lame. En cas de danger, ne vous exposez pas, je vous en conjure. Gwendalavir a besoin de vous plus que jamais. »

Elle hésita. Enjoindre les gardes de la laisser défendre son peuple ou les suivre docilement à l'abri des pierres de la Citadelle?... Elle qui n'aurait jamais du gouverner, son ancienne liberté de mouvement et de décision lui manquait. Beaucoup. Mais ô combien moins cruellement que son cousin et le reste de sa famille... Elle devait la vie à Emrys et lui avait promis de ne rien tenter d'idiot. De rester en vie pour les gens qui se battaient pour elle. ... De rester en vie...pour lui.
Elle lâcha la garde de sa lame. En alerte, elle entendit le lieutenant Liwen crier un replis précipite et s'inquiéta soudain pour cette jeune femme, trop récemment sortie de l'enfance aux yeux de la princesse pour mourir aujourd'hui... Elle chassa cette idée de sa tête immédiatement. Il lui fallait un esprit clair pour prendre sa décision rapidement. Les agresseurs, surement des mercenaires, n'en avaient pas après ses citoyens, mais bien après elle, dernier obstacle au renversement impérial. Elle devait partir et se protéger, pour tous ceux qui croyaient encore en Gwendalavir. Elle prit soudain conscience d'une petite main tremblante qui s'était glissée dans la sienne. Welyn... S'il y avait une percée jusqu'à eux, l'enfant serait égorgée... Elle l'amena au centre du cercle de ses protecteurs.


- Dame Sil'Alfian, nous devons partir... la pressa l'un d'eux, inquiet qu'elle mette tant de temps à réagir.

- Je le sais, sergent.

Elle répondit plus sèchement qu'elle ne l'aurait voulu. Et sa voix était bien moins assurée qu'elle ne l'avait espéré...
La princesse prit alors la petite fille dans ses bras et tourna le dos aux affrontements. Elle eut une pensée pour la courageuse Liwen, priant pour qu'elles se revoient bientôt... Son âme s'envola à la recherche de son Capitaine... lui rappelant sa promesse. Son regard se fixa au loin. Vers la Citadelle.
L'heure était à l'action!


- Que 3 d'entre vous les rejoignent, nous serons plus discrets et plus rapides en étant moins nombreux. Je sais ce que je fais, exécution! Le reste, avec moi. On y va!

Lançant le départ de la débandade elle serra la petite dans ses bras, tant pour la rassurer que pour lui éviter de voir des horreurs. Elle savait que les légionnaires désapprouvaient ce ''sauvetage'' dérisoire qui entamait ses forces mais elle n'en avait cure! Et pour une fois qu'Emrys n'était pas la pour lui ordonner de sacrifier des vies... Alors, toute princesse qu'elle fut, elle ne pensa plus qu'à courir jusqu'à un couvert sûr...



________________


[HRP:] Chose promise, chose due... un tout petit poste (mais j'espère de qualité quand même), qui signe le retour d'une grande dame... et d'une voleuse téméraire... Wink à bientôt! [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Beitiris Ar' Kriss

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 36
Age : 29
Date d'inscription : 16/06/2010

Feuille de personnage
Age:
Classe:
Profession:

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 29 Déc 2010 - 13:08

Beitiris préparait une remarque cinglante à l'attention du jeune officier chantelame, mais l'assaut des mercenaires du Chaos coupa quelque peu la conversation. Ces chiens s'étaient dissimulés parmi les réfugiés, se faisant passer pour des Alaviriens démunis sans foyer, et avaient attendu sous ce couvert le moment opportun pour frapper.

Poussant le puissant et antique cri de guerre de sa lignée éteinte depuis des siècles, la Chantelame dégaina sa fidèle lame, Gwenn, de la main gauche tout en s'emparant de son marteau de guerre de la main droite avant de se jeter au coeur de la mêlée en tirant parti de la protection de son armure en plates. Se contenter de parer ou d'esquiver les coups potentiellement dangereux, susceptibles de la blesser, elle ne prêtait nullement attention aux autres et défonça le crâne d'un assaillant de son marteau alors qu'il était aux prises avec un légionnaire noir laissé en arrière par Buhuna qui se replait malgré elle. Beitiris n'avait pas manqué de voir la main de la princesse hésiter sur la garde de son épée, en proie à un dilemme connu d'elle seule, avant d'entamer sa retraite précipitée en donnant des ordres. Si la moitié de ce qu'elle avait entendu dire sur Buhuna était vrai, la princesse avait probablement hésité à laisser ses soldats et les réfugiés de son peuple exposés aux coups des mercenaires. Avisant le jeune lieutenant qui protégeait les arrières de la princesse et qui menaçait d'être submergé, la Dame Chantelame planta son épée dans le sol et projeta puissamment son marteau sur un mercenaire qui tentait de le prendre à revers pour l'égorger. Le projectile manqua la tête, mais heurta l'épaule de l'assaillant avec un craquement sonore, il avait la clavicule brisée. Alertée par le mouvement et le bruit, Liwen Til' Galiwen esquiva son deuxième adversaire, tua le mercenaire blessé, et se servit de son corps comme bouclier pour se protéger d'une nouvelle attaque avant de le projeter sur son adversaire afin de dégager son arme. La jeune Chantelame était sauve...

La saluant en levant son épée, Beitiris hurla en faël l'antique cri de guerre des Chantelames :


- La lumière reviendra!

Se détournant alors, elle repartit aussitôt dans la mêlée, maniant son épée bâtarde à deux mains avec toute la puissance et la violence dont elle était capable. Feintant un mercenaire qui l'attaquait au sabre, elle le déséquilibra, le fit choir au sol, et l'acheva en frappant puissamment de son talon à la gorge, lui broyant cette dernière et lui brisant la nuque. La mort du mercenaire fut instantanée. Un quatrième mourut bientôt, décapité à moitié par un puissant coup de taille de Gwenn alors qu'il était aux prises avec un légionnaire noir. Les mercenaires du Chaos sont des adversaires bien entraînés, mais le repli de la princesse, indemne, avait marqué l'échec de leur tentative d'assassinat éclair et il étaient à présent submergés par les guerriers frontaliers qui accouraient à la curie. Les trois légionnaires noirs laissés en arrière par la princesse avaient su gêner les assassins, les empêchant de tomber sur l'arrière des gardes du corps de Buhuna, et avaient également mis à profit leur armure pour compenser leur infériorité numérique. Le sabre est une arme des plus tranchantes et des plus raffinées, mais il se révèle incapable de percer une armure ou de blesser à travers l'armure par la violence du choc. Les mercenaires devaient donc frapper là où l'armure ne protégeait pas le corps... Un légionnaire noir faillit mourir ainsi, après avoir chu à terre parce qu'un adversaire avait frappé à l'arrière du genou, exposé, mais la flèche d'un guerrier frontalier lui avait sauvé la vie. Véritable furie, Beitiris ne demandait pas mieux que de massacrer les mercenaires encore debouts, mais l'ordre d'un officier monté qui venait de surgir était clair :

- Encerclez-les! Empêchez-les de fuir et capturez-les vivants! Pour Buhuna et Gwendalavir!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Chantelame, Maître d'armes de l'Ordre
Revenir en haut Aller en bas
Welyn Ensylbel

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 56
Age : 20
Date d'inscription : 20/05/2010

Feuille de personnage
Age: 8 ans
Classe: Roturière
Profession: Aucune

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 29 Déc 2010 - 16:46

Welyn n’avait jamais vu autant de violence de toute sa petite vie. Et autant de peur. Les soldats essayaient de repousser…de repousser qui d’ailleurs ? Qui était ces guerriers avec lesquels Liwen et les gardes avaient brusquement engagé un combat ? La fillette avait vu deux femmes se battre violement puis tout s’était déroulé très vite. Liwen avait crié un ordre et la seconde d’après, la bataille faisait rage. Au début, la gamine s’était surtout inquiétée pour son héroïne. Elle l’avait suivi du regard jusqu’à ce que Liwen plante une drôle d’arme dans le bras de quelqu’un. Welyn était devenue livide et avait détourné le regard. Mais partout le sang coulait et il y avait déjà quelques morts –ou plutôt quelques personnes inanimées allongées au sol, on n’aurait su dire si elles étaient vivantes- et les yeux de la fillette ne trouvait aucun endroit sans violence. Son esprit d’enfant ne parvenait pas à comprendre le pourquoi de tout ce qui était en train de se produire. Si Liwen voulait tuer ces gens, c’est qu’elle avait une bonne raison… Mais laquelle ? Elle aurait bien aimé qu’on lui explique mais une peur brutale l’envahit soudain. Elle voyait tous les réfugiés courir dans tous les sens en poussant des cris et elle se demandait ce qu’elle devait faire.

Elle risquait à tout moment de se faire tuer et si elle ne bougeait pas. Elle ne savait pas ce que cherchaient les méchants guerriers. Voulaient-ils simplement semer la mort et le chaos ou avaient-ils un but bien précis ? Welyn sentit ses jambes trembler, son petit cœur cogner douloureusement dans sa poitrine. La peur grandissait en elle à grande vitesse et très vite, elle ne parvint plus à bouger et ne parvint plus à réfléchir. Elle réussit juste à glisser sa petite main dans celle de la Princesse avant de fermer les yeux pour ne plus voir le sang et les blessés et de remettre son sort aux mains du destin. C’est alors que la Princesse sera un peu plus fort la main de la fillette avant de l’emmener au centre d’un cercle de soldats. Welyn refusa de lâcher la main de Buhuna tandis qu’elle s’inquiétait du sort de Liwen. Est-ce que la guerrière allait mourir ? Est-ce qu’elle la reverrait un jour ? La gamine sentit la peur qui la tenait prisonnière relâcher un peu sa prise. Elle se détendit légèrement. Que pouvait-il lui arriver au milieu d’un cercle de combattants ? Quant à Liwen, c’était la meilleure guerrière du monde à ses yeux, elle ne pouvait pas mourir.


-Dame Sil'Alfian, nous devons partir...

- Je le sais, sergent.

Partir ? Partir où ? Tout à coup elle se sentit plus le sol sous ses pieds et se retrouva dans les bras rassurants de la Princesse. La gamine cacha son visage dans son cou pour ne plus voir la bataille. Même si elle était consciente que ce n’était pas vraiment le moment, Welyn chuchota deux questions à l’oreille de la Princesse :

-Pourquoi ils nous ont attaqué ? Comment ça se fait qu’ils sont aussi méchants ?
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Til' Lleldoryn

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 2341
Age : 29
Date d'inscription : 17/04/2006

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Classe: Chantelame
Profession: Seigneur Azur, Seigneur nominal d’Al-Poll, Protecteur d’Al-Jeit, et Capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Jeu 30 Déc 2010 - 22:08

- Refusée, Frontalier. Je n'ai nulle autorité sur vous, demeurez donc à votre poste et suivez les ordres que vous avez reçus de votre seigneur. Par ailleurs, n'avez-vous aucun honneur pour oser exiger une réparation aussi démesurée par rapport à l'offense?

Laissant le guerrier frontalier méditer sur le sens de ces paroles, Emrys se détourna aussitôt et repartit au galop, il n'avait que faire de jeunes guerriers imbus d'eux-mêmes. La princesse Buhuna comptait sur lui, elle savait pouvoir se reposer sur le demi-Faël pour assurer sa protection et il ne voulait pas la décevoir. Estimant que le rapport de la Sentinelle Tamara Sil' Acian n'était absolument pas fondé, le Chantelame s'en retourna aussitôt vers sa protégée. A sa surprise, des clameurs provenaient du camp des réfugiés, mêlant cris de guerre aux cris apeurés, ce qui n'était absolument pas normal. Lançant son fidèle destrier au grand galop, Emrys parvint bientôt sur le lieu de l'affrontement et il ne lui fallut guère longtemps pour comprendre qu'une tentative d'assassinat orchestrée par la Guilde du Chaos venait d'échouer. Au loin, il voyait Buhuna se replier en hâte vers les murs de la Citadelle, Liwen Til' Galiwen non loin occupée à protéger les arrières de la souveraine légitime ; elle était sauve et il ne lui restait qu'à s'occuper des assaillants survivants. Les derniers mercenaires encore en vie venaient de se former en cercle et se battaient furieusement face aux partisans de Buhuna qui étaient presque sur le point de leur couper toutes retraites possibles.

Néanmoins, les assassins virent cette faille et rompirent aussitôt le combat pour fuir en forçant le passage. Estimant qu'il ne fallait absolument pas que ces derniers parviennent à s'échapper, car la princesse manquait cruellement d'informations sur la Guilde du Chaos et la situation des félons, Emrys ordonna à pleine voix :


- Encerclez-les! Empêchez-les de fuir et capturez-les vivants! Pour Buhuna et Gwendalavir!

Le capitaine de la Garde impériale lança alors son destrier dans la masse des fuyards, l'épée au clair, abattant le plat de son arme sur la tête des mercenaires du Chaos à sa portée, lesquels étaient aussitôt achevés par leurs propres compagnons. Ces hommes étaient plus pernicieux et implacables que des serpents...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Azur, Seigneur nominal d'Al-Poll, Protecteur d'Al-Jeit, et capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir
Revenir en haut Aller en bas
http://eleneithel.skyblog.com
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Lun 3 Jan 2011 - 7:21

Sleipnir galopait à travers la plaine. Svartafle, son cavalier, avait le regard fixé devant lui. Le camp des réfugiés n'était plus très loin. Il allait bientôt se fondre dans son personnage. Ehlias Dil'Ventin, nouveau seigneur d'Al-Chen. Voilà quelques jours qu'il avait été nommé à la tête de la cité bordant l'immense lac Chen. Il la dirigeait pour le compte de ses maîtres, certes, mais il n'en restait pas moins le grand seigneur. Ce qui le gênait un peu dans cette histoire, c'est qu'il devait se fondre dans la tenue d'un gentil noble venu protéger Al-Chen contre l'ennemi qui pointait à ses portes. C'était d'ailleurs pour cela qu'il avait prit la route vers le camp des réfugiés où se cachait la princesse Buhuna. Jouer son rôle jusqu'au bout. Se faire bien voir de la princesse. Se faire une liste d'associés. Voilà ce qu'il comptait faire dans les Marches Frontalières.

Il avait laissé la cité d'Al-Chen sous la direction de ses plus fidèles sous-fifres pendant tout le temps où il serait partit. Six hommes l'accompagnaient, tous habillés de la livrée des soldats d'Al-Chen. Tout était prêt pour tromper l'ennemi. Car, c'était bien en territoire ennemi qu'il allait. Il n'était pas du côté de la princesse. Non surtout pas. Mais il devait le faire croire. Pourvu que personne ne trahisse son déguisement. Le camp fut enfin en vue. Dans quelques minutes, ils arriveraient. Svartafle utilisait son don pour modifier son apparence. Il teinta ses cheveux argentés pour les faire apparaître aussi noir que l'ébène. Il fit de même avec ses yeux. Svartafle n'était plus. Ehlias avait prit sa place. Mais quand ils entrèrent dans le camp, ce n'était pas le calme auquel il s'était attendu. Bien au contraire. Ca courrait dans les sens. On hurlait des ordres. Ehlias en entendit un. "Encerclez les, ne les tuez pas". Pour qui c'était destiné? Pour eux? Ils avaient déjà été repéré? Non c'était impossible, ils venaient à peine d'arriver. Soudain, il vit devant lui des hommes qui prenaient la fuite. C'était donc surement eux qu'il fallait encercler. Surement des mercenaires ou des brigants. Des alliés possible en somme. Mais il ne pouvait les laisser s'enfuir, il devait aider ses ennemis à capturer ses amis. Il hurla ses ordres à ses hommes, qui créèrent immédiatement une barrière humaine pour empêcher la fuite. Ehlias sortit sa lame. Il hurla un autre ordre à ses hommes, celui de ne laisser aucun survivant dans le groupe de fuyards. C'était mieux qu'ils soient mort plutôt que capturés vifs. Apparemment, on avait besoin que les fuyards restent en vie. Le seigneur d'Al-Chen allait donc stopper les fuyards mais il ne les laisserait pas être capturé. Si on lui reprochait cet acte par la suite, il prétendrait ne pas être arrivé assez tôt pour entendre l'ordre de ne tuer personne.
Revenir en haut Aller en bas
Alinor Caosi

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 03/10/2010

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Lun 3 Jan 2011 - 20:26

Je croisais le fer avec une jeune chantelame, auun de nous deux n'arrivait à mettre en difficulté l'autre, la princesse s'éloignait vers la forteresse... Nous perdions du terrain, l'échec de la mission se profilait. Du coin de l'oeil je vis que j'étais l'un des derniers mercenaires vivants, la plupart d'entre nous étaient morts sous les coups des frontaliers, légionnaires ou de la petite troupé armée arrivée depuis peu. Des soldats arrivaient de tous les côtés... Je tranchais violemment vers mon adversaire, j'étais plus lourd et plus musclé qu'elle, en revanche lle était bien plus souple et rapide, si je réussisais à l'aculer je pourrais interrompre notre combat et foncer dans une tentative désespérée vers la princesse. C'est ce que je fis, j'enchainais une série de coups les plus forts que je puisse donner avant de me retrouver encore sabre contre sabre. Elle tournait toujours le dos à la princesse, la chantelame savait que si elle me laissait faire je romprais le combat pour essayer de la tuer. Je la repoussais, elle et son sabre, la faisant glisser sur le côté. Le choc violent laissant place place à un court répit soudain, je tombais en avant, effectuais un roulé-boulé et tranchais les jarrets d'un légionnaire qui tentait déjà de m'interdire l'accès à mon objectif. Je sortis un couteau de lancer d'une de mes bottes et fonçais vers Buhuna, quand la douleur zébra ma clavicule droite et que je sentis un sang chaud couler de ma blessure... la chantelame ne voulait pas me laisser filer.

Qu'importe, je continuais à courir vers la princesse, poussé autant par ma volonté de réussir l'objectif, quite à en mourir, que par l'adrénaline qui parcourait maintenant mes veines. A chaque pas ma blessure me lançait, je serrais les dents et continuais. Par chance, je pus éviter deux autresg ardes qui tentèrent de me combattre, je me rapprochais. Un ouverture se fit, je distinguais le profit de la princesse. C'était mainteannt ou jamais. Je lançais mon couteau qui partit vers elle, les gardes refermaient leur rang, la porte de la forteresse était toute proche... Ca passe ou ça casse.

Je pris apui sur mon sabre et observais la bataille... un mercenaire sortit des rangs et fonça vers moi, il détalait. Que ne comprenait-il pas dans la devise "vaincre ou mourir" ? Je pris mon sabre de la main gauche, la peur se lisait dans ses yeux, peur de mourir, d'être blessé... Il ne comprenait pas pourquoi je continuais le combat. S'il ne comprenait pas, il n'était pas digne d'être un mercenaire du chaos. Je lui tranchais la tête d'un revers de sabre. Des soldats avançaient déjà vers moi, qu'ils viennent, même blessé, j'en emporterai un ou eux avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Personne

avatar


Nombre de messages : 82
Date d'inscription : 28/03/2007

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 5 Jan 2011 - 14:11

D'ordinaire, être le garde du corps d'un souverain de Gwendalavir est un exercice de routine, bien plus morose que dangereux. Avec la princesse Buhuna Sil' Alfian, le légionnaire Asmaric Cinevan ne pouvait pas se plaindre d'un quotidien morose... en l'espace de quelques mois, il avait frôlé la mort plus souvent qu'en l'espace de dix années de service.

Avec un assaut coordonné mené par une vingtaine de mercenaire du Chaos infiltrés parmi les réfugiés pour attenter à la vie de la princesse, il avait eu amplement à faire pour préserver sa vie et protéger Buhuna ainsi qu'il en avait fait le serment. Mettant à profit la protection de son armure en vargélite, il avait tué deux mercenaires du Chaos lors du repli de la future impératrice ordonné par le lieutenant Liwen Til' Galiwen. Jusqu'à ce que retentisse le cri " La princesse est touchée! ", la situation avait été sous contrôle et l'escorte avait tenu son rôle, malgré les pertes. Si les dix légionnaires noirs avaient su tenir face aux mercenaires du Chaos, les quelques soldats réguliers qui renforçaient l'escorte avaient payé un lourd tribut. Néanmoins, les assassins étaient à présent en déroute et tâchaient de s'enfuir, seul un mercenaire bâti en force ne rompait pas le combat.

Se concertant par signes rapides avec Ewald et Jorst, deux autres légionnaires noirs, Asmaric chargea Alinor dans le but de le prendre vivant. Confiant sa vie à la résistance de son armure, le légionnaire se rua sur le mercenaire du Chaos et parvint à le plaquer au sol, non sans avoir reçu un puissant coup sur la tête qui le laissa étourdi. Si les sabres n'étaient pas conçu pour frapper de la sorte à travers l'armure, l'homme avait frappé comme un sourd, manquant de briser de sa lame. Asmaric, secoué, sentait un filet de sang s'écouler sur son visage. Fort heureusement, Ewald et Jorst avaient suivi le mouvement et prirent la relève, immobilisant l'assassin au sol tout en l'empêchant d'avaler une capsule de poison qu'il avait sortie de nulle part. Alinor faillit parvenir à se suicider, seule l'intervention du lieutenant Til' Galiwen permit de l'en empêcher, assommant l'assassin sans le moindre ménagement. Inconscient, il fut nettement plus aisé de le menotter et de l'emmener rapidement au corps de garde pour le fouiller et le mettre en détention jusqu'à son interrogatoire.

Se relevant avec peine, Asmaric enleva son heaume et constata que le cuir chevelu avait été entamé, sans grande gravité apparemment, et que cela provoquait le saignement. Pris ensuite d'un vertige, il chut lourdement au sol et les derniers mots qu'il prononça avant de sombrer dans l'inconscience furent :


- Je crois que j'ai besoin d'un guérisseur...

Le légionnaire Asmaric n'avait jamais été blessé au combat jusqu'alors.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], L'Homme aux mille et un visages
Revenir en haut Aller en bas
Elia et Caeran Astany

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 7
Age : 20
Date d'inscription : 16/11/2010

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Mer 5 Jan 2011 - 19:22

Elia savait parfaitement qu'elle n'aurait jamais dû lancer l'attaque. Elle aurait dû se concentrer sur sa mission et ignorer Ayana. Mais sa rancune était telle qu'elle ne pouvait se retenir. Cette marchombre devait mourir! Elle remarqua que l'assaut avait été lancé mais elle ne s'en préoccupa pas, alors que si elle y avait participé, les deux envoleurs auraient évités quelques pertes...
Avec Caeran à ses côtés, Ayana n'avait aucune chance. Autour d'eux les gens couraient, effrayés en poussant des cris de détresse, plus personne ne se préoccupait d'eux...

Ayana se battait bien, trop bien... Les deux envoleurs se retrouvèrent sur la défensive. Le rythme du combat était haut... La marchombre fit voler une des deux dagues d'Elia, puis lui donna un coup de pied dans l'abdomen. Elia se retrouva à terre, le souffle coupé. Caeran était seul face à la marchombre. Il était plus expérimenté qu'Elia heureusement. Il parait toutes les attaques ou les esquivait. Il lança une attaque sur la gauche immédiatement parée. Il jeta un œil sur sa droite pour s'assurer qu'Elia allait bien. Ce geste d'amour le perdit... Une seconde inattention... Une seconde qui suffit à Ayana pour planter sa dague dans l'abdomen de Caeran.

Caeran lâcha ses armes et porta ses mains à son ventre. Il s'écroula sous les yeux des deux femmes. Ayana, lui offrit un coup de pied dans les côtes en plus.
Des deux envoleurs il était difficile de dire lequel souffrait le plus, Caeran subissait une douleur physique atroce et Elia une douleur morale atroce.
Une force nouvelle envahie Elia, une force qui venait de la colère et l'envie de vengeance. Elle se releva et ramassa ses armes.

Elle fixa Ayana du regard, des flammes passèrent dans ses yeux, déstabilisant Ayana une demi-seconde. L'envoleuse se jeta sur son ennemie, elle la laisserait pas gâcher sa vie une seconde fois. Elle multiplia les attaques, oubliant de se défendre. Une technique de kamikaze qui fonctionne. Son épaule fut ouverte. Mais sa colère était telle qu'elle ne ressentait aucune douleur. Elle frappait sans relâche, elle mit Ayana à terre d'un coup de pied. Elle n'avait pas beaucoup de temps pour la torture mais elle ne put s'en empêcher. Elle sectionna quelques tendons qui l'empêcherai de se relever. Elle lacéra le ventre afin qu'elle meurt dans la plus grande souffrance.

Puis elle courut vers Caeran. Il était vivant, mais il respiré difficilement. Autour d'eux les mercenaires prenaient la fuite.


-Un rêveur! Vite Réclama t-elle.

Heureusement pour elle, il y en avait non loin qui soignait les blessés. Dès qu'il eut fini, il accourut vers elle. Il soigna Caeran immédiatement et rapidement. L'envoleur rouvrit les yeux et Elia l'embrassa. Le rêveur se racla la gorge:


-Madame, votre épaule?

Elia avait complétement oublié sa propre blessure. Ils le remercièrent et le rêveur repartit soigner les autres. Elia aida Caeran à se lever. Ils devaient partir au plus vite. Ils coururent, Caeran était complétement rétablie. Ils s'éloignèrent du champ de bataille, simulant la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Sélénia Til' Aürin

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Scorpion
Signe Chinois : Cochon
Nombre de messages : 135
Age : 21
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Sam 8 Jan 2011 - 17:36

Sélénia pénétra dans le camps. Enfin. Enfin elle les avait retrouvés.

Il y a six mois, alors qu'elle montait à cheval au bord d'un sentier de la chaine du Poll, le sabot de Zigzag avait marché sur une pierre branlante. Sélénia avait sentit son corps se détacher de la selle pendant la chute. Cinquante mètres. Cinquante mètres qui en avaient parut dix. En bas, le Pollimage. Elle avait eu juste le temps de se rappeler comment entrer dans de l'eau à grande vitesse sans se tuer : corps vertical, tête rentrée dans les épaules. Elle ne s'était pas tuée, mais s'était réveillée trois mois plus tard, allongée sur un lit de paille. L'homme qui, par un heureus hasard, l'avait trouvée sur une berge du fleuve se nommait Niman Quélin. Il avait la cinquantaine vivait seul dans la plaine de Shaal. Sélénia avait tout de suite voulut repartir. Elle s'était levée, pour s'effondrer aussitôt. Niman l'avait relevée, et patiemment, lui avait réapprit à marcher, à se servir de ses mains et enfin, à se battre. Cela avait pris deux mois. Un jour, pendant qu'ils mangeaient face à face, Sélénia avait pris la parole.


- Comment vais-je les retrouvés, avait-elle chuchoté, presque pour elle-même. Comment vais-je savoir où me diriger, où marcher pour revoir mes amis ?

Niman était resté silencieux un moment puis il lui avait dit, de la tristesse dans la voix :

- Je savais qu'un jour tu allais partir. Je le savais, et pourtant j'espérais que tu reste. Je me suis attaché à toi.

Tous deux s'étaient tus, puis il avait reprit, doucement.

- Il y a trois jours, un homme est passé. Je lui ai demandé des nouvelles de Gwendalavir. Il m'a raconté que tout le monde partait à la Citadelle des Frontaliers. Tes amis sont sûrement en route.

Elle était restée une semaine de plus, puis le moment des adieux était arrivé. Son sac était fait, elle avait glissé sa lame entre le tissu de son pantalon et sa cuisse, et son sabre dans son dos. Elle s'était approchée de Niman.

- Venez avec moi. Je saurais vous protéger, et une fois à la Citadelle vous serez en sécurité !

Il lui avait caressé la joue, la regardant dans les yeux. Durant cinq mois, elle avait été la fille qu'il n'avait jamais eu.

- Ma vie est ici. Je n'abandonnerais pas ma maison, si modeste qu'elle soit. Je suis vraiment très heureux de t'avoir connu.

- Moi aussi.


Chacun avait retenu ses larmes, jusqu'à être assez éloignés l'un de l'autre pour les laisser couler. Il lui avait donné son cheval, Friand. Avait alors commencé son voyage. Elle avait atteint la chaîne du Poll le soir même, pour éviter de croiser dans la nuit une goule ou autre monstre peuplant les plateaux d'Astariul. Elle avait mis environ une semaine à traverser les grandes montagnes et le Pollimage, et quatre jours pour trouver le campement.

Enfin. Le brouhaha des cris de douleur et des lames qu'on affute fit lui fit froncer les sourcils. Elle descendit de cheval, et se mit à la recherche des quelques personnes qu'elle connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Buhuna Sil' Alfian

avatar


Sexe : Féminin Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 17/05/2010

Feuille de personnage
Age: 33 ans
Classe: Noble
Profession: Impératrice sans Couronne, Princesse impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Dim 30 Jan 2011 - 22:18

Elle ne perçut que trop tard le sifflement de la lame qui se ficha soudain dans ses chairs. Sous l'impact du choc, elle hoqueta de surprise, trébucha et chuta brusquement. Voulant protéger la petite, qu'elle tenait toujours dans ses bras au moment où l'arme l'avait percutée, elle la projeta en avant, évitant ainsi de l'écraser sous son propre poids. Privée de ses mains pour amortir sa chute, sa tête heurta violemment le sol et elle perdit connaissance plusieurs longues secondes.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle distingua les profils de ses gardes du corps formant un cercle protecteur autour d'elle. Elle aperçut également la petite fille, qui semblait aller bien, malgré la situation plutôt dramatique.
Ses yeux glissèrent alors sur elle-même, parcourant sa silhouette attentivement, détaillant chaque recoin. A l'instant même où son regard tombait sur la flaque rougeâtre qui s'étalait rapidement près de son flan gauche, une douleur atroce lui vrilla le bas du dos, lui brouillant la vue. Douleur... Son cœur s'emballa sous l'assaut puissant de la souffrance qui irradiait, fulgurante, du creux de ses reins à son être tout entier, figeant ses membres, crispant ses traits, déformant toute pensée en brume sanglante. Dans le fouillis trouble de son esprit, le souvenir de l'attaque des mercenaires s'imposa alors à elle sans crier gare. Décidée, elle tenta alors de se relever, forçant des muscles qui ne lui répondaient plus qu'à moitié à supporter son poids. Elle échoua.

Son courage reflua à toute allure et faillit disparaître totalement. Elle avait peur. Très peur. Elle voulu crier, demander de l'aide,... Elle ne réussit qu'à murmurer son nom dans un souffle.


- Emrys...

Elle allait renoncer définitivement lorsqu'une ombre imposante et bienfaisante se pencha sur elle. A travers ses larmes, car elle s'était mise à pleurer de douleur sans s'en rendre compte, elle reconnu celui qui prenait soin d'elle à présent. Celui qu'elle avait craint un instant de ne jamais revoir.

Plaçant sa main devenue pâle dans celle du soldat, elle y puisa la force nécessaire à reprendre courage. Le Capitaine de la Garde Impériale, tout Chantelame qu'il fut, prit délicatement cette main trop blanche dans les siennes. Le cœur serré de ne pouvoir donner libre cours à ses sentiments, il prononça simplement
« Je suis là... ».
Serrant toujours la main d'Emrys de toutes ses forces, elle regarda autour d'elle, comme sortant d'un rêve sombre, fait de souffrances et de craintes. Prisonnier, et quelque peu dépité par la situation, il essuya les larmes qui roulaient encore doucement sur les joues de la jeune femme. La morsure de l'acier dans ses chairs faisait terriblement souffrir la princesse, mais elle reprenait confiance par la chaleur qu'elle sentait revenir en elle par la main de l'homme.
Cette nouvelle force, que la panique et le léger traumatisme crânien avaient manqué d'annihiler, déclencha chez elle un renversement total de pensée. Elle décida secrètement de faire une nouvelle tentative pour se redresser seule...

Elle remua un peu comme elle put, réveillant doucement ses membres endoloris, comme on le lui avait appris durant son entrainement martial. Quand elle jugea le répondant de ses muscles suffisant, elle fit un essai. Concluant cette fois-ci, elle constata qu'elle était sans doute moins mourante qu'elle ne l'avait cru et, rassurée, poursuivit sa tentative de redressement en voulant se mettre debout. Lorsqu'elle prit appuis sur sa jambe gauche, son seuil de douleur, qu'elle avait cru être arrivé au maximum, explosa et le mot souffrance n'eut soudain plus aucun sens à ses yeux. Néanmoins, il lui semblait pouvoir probablement marcher jusqu'à un abri, si elle arrivait a faire fi de sa blessure.
Inquiète comme toujours pour ses semblables, une fois debout, elle s'enquit immédiatement auprès de son ami de l'état du brave Asmaric, qui s'était littéralement jeté sur son assaillant pour la protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Til' Lleldoryn

avatar


Sexe : Masculin Zodiaque : Verseau
Signe Chinois : Chat
Nombre de messages : 2341
Age : 29
Date d'inscription : 17/04/2006

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Classe: Chantelame
Profession: Seigneur Azur, Seigneur nominal d’Al-Poll, Protecteur d’Al-Jeit, et Capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Lun 31 Jan 2011 - 18:00

Un mercenaire avait réussi à lancer une dague dans la direction de Buhuna, réussissant manifestement à toucher la princesse qui tomba. Sans plus se soucier des mercenaires du Chaos qui tentaient de prendre la fuite, Emrys lança sa monture au grand galop et se précipita auprès de la future souverain de Gwendalavir, la mort dans l'âme. Ecartant sans ménagement les légionnaires noirs qui assuraient la protection de Buhuna, le demi-Faël se préparait pour le pire, mais la chance leur avait sourit : le lancer manquait de force et de précision et elle n'avait été blessée que de manière assez superficielle, bien que ce fut visiblement douloureux. A l'appel de son amie, il répondit simplement : " Je suis là. "

Laissant à cette dernière le soin de se relever seule, Emrys donnait à présent ses ordres pour évacuer la princesse au plus vite. Alors que Liwen Til' Galiwen devait s'assurer du camp des réfugiés et établir un cordon de sécurité dans les plus brefs délais, lui-même se chargerait de ramener la princesse dans ses appartements à la Citadelle, escorté par les légionnaires noirs. Il chargea deux d'entre eux de ramener le légionnaire Asmaric à la Citadelle et, aux cinq soldats restant, il ordonna d'entourer la princesse et de la protéger. Le capitaine de la Garde impériale aurait préféré se replier rapidement, mais Buhuna insistait pour rentrer à la Citadelle par elle-même, aussi dignement qu'elle le pouvait bien que ce ne fut pas sans douleur, et il devait s'accommoder des désirs de sa supérieure hiérarchique, les trouva-t-il déplacés sur l'instant. Attendant le " bon plaisir " de la princesse, il regardait en contrebas le camp de réfugiés qui se faisait présentement encercler selon ses directives. La loi martiale y serait appliquée sous peu afin de démasquer les mercenaires du Chaos encore en vie ou leurs complices. Il s'en était fallu de peu que Eléa Ril' Morienval ne remporte la guerre civile...



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Seigneur Azur, Seigneur nominal d'Al-Poll, Protecteur d'Al-Jeit, et capitaine de la Garde impériale de Gwendalavir
Revenir en haut Aller en bas
http://eleneithel.skyblog.com
Keyleth Rionia

avatar


Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 93
Age : 20
Date d'inscription : 03/10/2009

Feuille de personnage
Age:
Classe:
Profession:

MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   Jeu 3 Fév 2011 - 19:49

Keyleth était arrivée au camp saine et sauve. Elle avait rencontré des personnes fort sympathiques qui comme elle avait connu la détresse. Et elle ne regrettait en aucun cas ce voyage mais si il ne s'était pas passé comme elle le voulait. La jeune fille s'était disputée avec Keira, sa seule amie. Keyleth avait boudait quasi tout le long du voyage. Elle avait pardonné Keira mais sa rancune était toujours là, c'était certes une histoire bête mais elle tenait ce caractère de son père.
La caravane arriva au camp quand les mercenaires prenaient fuite, c'était la panique générale. Keyleth avait déjà entendu parler de ces personnes lors de son travail mais si sa voisine n'avait pas crier leurs, elle n'aurait pas compris que c'était des " méchants " Elle sortit son arc (celui que Keira lui avait offert) qui était toujours avec elle et elle encocha une flèche. Elle n'avait jamais tiré sur quelqu'un, ce qui expliqua son hésitation. Elle tira mais manqua sa cible de peu. Elle retira une deuxième fois et elle atteignit la jambe d'un fuyard, mais la réaction de celui qui le suivait la surpris. Il tua son coéquipier sans aucun remord. Keyleth baissa son arc et afficha une grimace de dégoût. Comment pouvait-on tuer un de ses alliés pour être sur qu'il ne dise rien? Mais surtout, comment pouvait-on faire partie de cette secte de plain gré? Surement qu'il fallait ne pas être très bien dans sa tête...

Tous les réfugiés couraient en criant, paniqués, d'autres sortaient des armes pour essayer de se défendre. Keira tentait d'en arrêter mais impossible d'en avoir un vivant... L'homme qui avait réclamé de les capturer vivants ne serait pas satisfait. Le combat était fini et le calme revenait peu à peu mais certaines personnes continuaient de crier pour rien.
Keyleth regarda autour d'elle afin de comprendre ce qu'il s'était passé exactement. Des cadavres de mercenaires gisaient sur le sol, cependant il semblait qu'il n'y avait aucun mort parmi le peuple.
Étrange...
C'est alors qu'elle remarqua un attroupement au loin. Elle le rejoignit précipitamment: une femme était étendue sur le sol, un homme lui tenait la main et de gardes les entourés. Tout près, il y avait un soldat blessé. Cette femme, était-ce la princesse dont tout le monde parlait? Si tel était le cas, l'attaque des mercenaires la visaient, elle et seulement elle. La femme bougea. Keyleth émis un soupir de soulagement : elle était encore en vie.
Elle réussit même à se lever (aidée) et elle fut raccompagnée par un groupe de soldat. Autour d'elle les réfugiés débattaient sur ce qu'il venait de se passer. On parlerait de cette attaque encore longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Là où tout commença (RP inachevé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Là où tout commença (RP inachevé)

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Et tout commença avec une olive ...[Arthur]
» Un jour où tout commença... [L i b r e]
» Tout commença une nuit d'orage par Hijro Miasaki
» [TERMINE] Tout commença ici ... [PV Chihiro]
» Ainsi, tout commença par une glissade...[PV Ashenie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches :: Les Marches Frontalières :: Le campement des réfugiés-