AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches

Une adaptation en jeu de rôle de la Quête d'Ewilan de Pierre Bottero
 

Partagez | .
 

 Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enya Ewil



Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 47
Age : 22
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Mer 2 Juin 2010 - 15:17

Enya s'ennuyait dans l'auberge. Ambre ne s'occupait pas d'elle, et à part dessiner, elle n'avait rien à faire. L'envie de sentir le vent caresser son visage la frappa soudainement. La fillette courut vers Ambre, lui demandant si elle pouvait sortir de l'auberge pendant qu'elle finissait de règler ses affaires. Sa tutrice lui donna l'autorisation de sortir juste devant l'auberge, et de ne pas s'en éloigner. Enya promit puis sortit.

Le vent soufflait sur son visage, comme elle le voulait. Elle s'assit sur un tonneau devant l'auberge, observant les passants. Des marchands passaient, portant de lourds sacs remplis certainement d'objets merveilleux, pensait Enya. Des marchombres volaient pratiquement vers d'autres personnes. Des dessinateurs dessinaient des petits objets, pendant que des rêveurs soignaient les écorchures de personnes qui passaient à côté d'eux. La petite fille regarda une enfant passer, tenant la main à une personne, qui ne pouvait être que sa mère. Un pincement au coeur la prit, avant que son attention ne soit attiré par autre. Un joli papillon multicolore volait au-dessus d'elle.


***

Le papillon s'envola trop haut pour qu'elle pense à continuer à le suivre. D'ailleurs, elle ne le voyait même plus, il s'était évanouit dans le ciel comme les étoiles à l'approche du matin. Elle se retourna dans la rue, et aperçut l'enseigne. Elle ne s'inquièta pas, mais retourna quand même près de l'auberge. Puis elle vit une personne, de taille assez petite, mais légèrement plus grande qu'elle. Enya courut vers la silhouette en souriant. Elle trébucha sur ses vêtements trop longs et tomba à la renverse en emportant l'autre dans sa chute.

- Oh, je suis désolée ! Tu m'excuses, hein ?


Enya essaya de former un trou dans la masse de ses cheveux roses pour apercevoir le visage de l'autre fille. Des cheveux bruns en bataille, qui laissait voir deux yeux bleus merveilleux. Enya avait l'impression de voir de l'eau dedans.

- Je m'appelle Enya. Et toi, c'est comment ?


La fillette sourit. Une de ses grandes caractéristiques. Elle souriait, comme toujours. Elle allait recommencer à parler, comme elle en avait l'habitude, puis se rendit compte que l'autre enfant allait parler, aussi se tut-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlle Twan



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 57
Age : 22
Date d'inscription : 02/07/2009

Feuille de personnage
Age: 9 ans
Classe: Marin
Profession: Marin à bord de l’Odyssée

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Mer 2 Juin 2010 - 18:33

    La gamine courait. Elle courait parmi les rues car elle en assez de marcher. Damos était retourné travailler. Aujourd’hui encore. Elle ne comprenait pas pourquoi il restait travailler là-bas. Alors que c’était réellement un marin dans l’âme. Elle courait peut-être également pour oublier. Oublier qu’elle n’avait pas pu rentrer à l’Odyssée. Qu’elle n’avait pas voulu également. Car maintenant elle le pourrait sans doute. Que penseraient Shâal et Owen d’elle maintenant ? Que penserait tout l’équipage même. Sa famille. Car en réalité c’était ça. L’équipage de l’Odyssée, bien qu’étrange parfois, était sa famille.

    Cette assimilation pouvait paraître bizarre, étrange, malsaine même Mais c’était la triste, ou plutôt la belle vérité Quel plus beau rêve pour un enfant que de vivre sur un bateau de pirate ? Alors oui, Maëlle en connaissait également les malheurs. Mais elle avait l’âme marine, et vivre sur un bateau pirate, malgré les risques qu’elle connaissait parfaitement, était pour elle le rêve absolu. Un rêve qu’elle vivait chaque jour de sa vie. Et ce depuis le plus longtemps qu’elle se souvienne. Un rêve magnifique. Un rêve réel. Un rêve en passe de devenir irréel. De devenir, un simple « petit souvenir d’enfance ».

    Elle s’arrêta brusquement. Elle ne savait même plus où elle se trouvait. Al-Jeit était une grande ville. Une belle ville aussi. Mais l’air de la mer lui manquait. L’air de la mer... Elle se rendit soudainement compte qu’elle avait agit exactement de la même manière que Damos. Ce quelque chose qu’elle lui reprochait. Elle devrait se le reprocher aussi ! Quitter l’Océan, cet absolu encore à peine exploré et rejoindre définitivement la terre. Non ! Elle ne pouvait se résoudre à faire cela ! Cet acte horrible dont elle savait parfaitement qu’il ne s’agissait que d’une erreur ! D’une lamentable erreur ! Sinon, pourquoi son père aurait embarqué sur l’Odyssée ?

    Perdue dans ses pensées elle n’avait pas vu venir la terreur plus que pinkesque gamine foncer sur elle. Quand celle-ci lui rentra de plein fouet dedans, elle ne put faire autrement que de s’écrouler par terre. Elle se releva quelques secondes après la gamine, le temps de se remettre de ses émotions. Elle profita de ses quelques secondes pour observer l’intruse. Elle avec des cheveux rose. Rose bonbon. Et de grands yeux verts mangeaient son visage, du moins selon ce qu’en devinait la fillette marine. Elle se leva également, vérifia que son rayé n’avait pas été trop abimé par cette chute non-voulue puis se retourna vers la gamine.

    Pile au bon moment ! Celle-ci commençait à lui parler. Elle s’excusait. D’un ton si joyeux que Maëlle avait du mal à croire en sa sincérité. Mais après tout, ce n’était qu’une enfant. Une gamine un peu plus jeune qu’elle. Rien d’autre. Aux cheveux étranges tout de même... Maëlle, a force de vivre parmi des adultes avait un peu de mal à se faire à son ton si joyeux. Elle ne se rendait même pas compte qu’elle utilisait le même régulièrement. Faisant la joie de tout l’équipage. La gamine se présenta. Ainsi donc elle s’appelait Enya. Elle semblait réellement pleine de joie de vivre.

    Maëlle n’avait pas l’habitude qu’on lui demanda son prénom. Il fallait préciser que vivant toujours parmi les mêmes personnes, dans un espaces - même si non-clos - était peu fréquenté, tout le monde la connaissait parfaitement. Et elle connaissait tout le monde. Damos lui avait demandé son prénom la veille également. A moins qu’elle ne lui ai posé la question avant, et qu’il ait demandé par simple retour de phrase. Bref. Son rayé était en parfait état, du moins en aussi bon état qu’avant, il n’y avait donc pas de problème. Elle pouvait passer à autre chose. Elle souffla son nom plus qu’elle ne le prononça réellement.


    - Maëlle.

    Et elle se tut. Elle redevenait laconique comme dans sa plus tendre enfance. Car on ne pouvait pas parler d’enfance tout court, étant donné qu’elle s’y trouvait encore. Mais toute jeune elle n’osait poser des questions et avait pris l’habitude de se taire, jusqu’à ce que son père - son cœur se serra à cette pensée - lui dise qu’elle n’avait pas à avoir peur de poser des questions. Car elle était alors « bête pendant quelques secondes, mais ensuite elle acquérait un peu plus d’intelligence ». A l’époque elle avait longtemps cherché dans sa petite tête la signification du mot ‘intelligence’ avant d’oser le demander à quelqu’un. Elle avait alors compris à quel point son père avait raison.

    - Dis, tu crois que dans l’nord, y a la mer aussi ? Et...

    Elle s’arrêta. Se sentant soudainement ridicule. La mer, la mère, la Dame et le Dragon. Ils étaient partout. Partout ! Alors à quoi rimait donc cette question inutile ?! C’était totalement ridicule. Et si, et si... Et si, il existait un endroit où la mer n’était pas totalement présente ? Et si l’Océan n’était pas infini. Et si, et si... Tant de questions se bousculaient dans la petite tête de la gamine brune. Trop de question. Elle prononça, un mot, un seul avant de s’écrouler à terre, sous le regard médusé de la fillette aux cheveux roses.

    - « l’Océan ! »
Revenir en haut Aller en bas
Enya Ewil



Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 47
Age : 22
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Mer 2 Juin 2010 - 20:59

L'autre petite fille s'appellait Maëlle. Elle sembla réfléchir un instant, perdue dans ses pensées, puis se mit à prononcer une suite de mots trop rapidements pour qu'Enya comprenne la phrase. Puis, elle prononça « l'Océan ! » en se laissant tomber à terre. Enya, intriguée, regardait Maëlle qui souriait.

L'Océan... Elle avait déjà entendu ce mot... Elle cherchait ce qu'il signifiait. Elle n'oubliait jamais quelque chose qu'elle avait apprise, et c'était bien là une des qualités de la fillette. Puis soudain, elle se souvint : « L'Océan, c'est comme la mer, mais en beaucoup plus grand. Certains disent qu'elle est infinie ! » La petite aux yeux émeraudes avait alors demandé à Kieran ce que lui pensait, s'il croyait que l'Océan était infini. En effet, on avait expliqué à Enya que rien n'était infini, sauf le temps qui jamais ne s'arrêtait et l'amour que l'on éprouvait pour toute chose. « Je ne sais pas, Enya. Il faudrait que je le voie, pour te le dire. »

Prudence. Il y avait toujours trop de prudence dans les propos de Kieran. Et elle pensa à cette expédition qu'il n'aura jamais pu mener. Elle posa la main sur sa broche rose, soupira puis regarda Maëlle. Peut-être qu'elle savait, elle !



-Dis, c'est infini l'Océan ?



Elle devait savoir, elle, puisqu'elle en parlait. Enya attendait impatiemment sa réponse, ne prêtant pas attention au vent qui se levait, déterminé à faire voleter ses mèches emmêlés et les cheveux déjà en bataille de l'autre petite fille. La fillette aux yeux verts touchait toujours sa broche, accrochée contre son coeur, dernier souvenir d'une personne qu'elle avait beaucoup apprécié.

« Est-ce que c'est possible de courir plus vite que le vent ? Est-ce que la pluie c'est les larmes des nuages ? Et l'éclair leurs cris ? Est-ce que les étoiles sont toujours là, même la journée ? Est-ce que la Lune, c'est l'amoureuse du Soleil ? » Tant de questions qui désormais, resterait en suspens. Elle avait beau n'avoir que 7 ans, elle avait l'impression d'avoir déjà beaucoup trop perdu. Ses parents, sa soeur, Kieran... Elle n'avait jamais eu que des amis éphèmères, de passage. Aujourd'hui, il y avait Ambre, bien sûr, mais elle ne suffisait pas à remplacer tous ce qui meurtrissait le coeur de la fillette. L'expression de son visage n'avait pas changé, et elle avait conservé son grand sourire. Mais ses yeux semblaient, en quelque sorte, éteints.

Enya reporta son attention sur l'autre fille, qui venait de répondre. Elle arrêta de penser à son... passé, en effet, et retrouva sa petite flamme intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlle Twan



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 57
Age : 22
Date d'inscription : 02/07/2009

Feuille de personnage
Age: 9 ans
Classe: Marin
Profession: Marin à bord de l’Odyssée

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Dim 8 Aoû 2010 - 16:23

    La gamine resta à terre. Un grand sourire illuminait son visage. Elle mesurait peu à peu l'énorme absurdité de sa question. Comment l'océan ne pouvait-il pas être infini ? L'océan... Ce mot magnifique que lui avait offert Damos la veille. L'océan. Ce mot qu'elle avait tant entendu depuis toute petite. L'océan, ça, elle en connaissait un rayon ! Elle y était même née ! C'est en comprenant son idiotie, sa bêtise d'alors que Maëlle sourit d'encore plus. L'océan était infini ! C'était d'une évidence ! Elle se demandait même comment elle avait pu penser un seul instant que ce ne soit pas le cas. Elle pensait trop, ce devait être cela. C'était mal !

    Elle devait se reprendre. Ne penser qu'à l'essentiel. La survie de l'équipage. L'état du navire. Le prochain abordage. Aucune mutinerie en vue. C'était tout cela l'essentiel qu'on lui avait appris. L'essentiel qui ne lui servait plus à rien désormais qu'elle n'était plus sur l'Odyssée. Désormais qu'elle avait déserté. Car après tout, c'était bien cela qu'elle avait fait ! Déserter ! Comment avait-elle pu... Elle se promit intérieurement de rembourser ce qu'elle devait à Shaan, si elle la revoyait un jour. Elle aurait tant aimé revoir l'Odyssée et son équipage. Encore une fois au moins ! Elle se força à penser à autre chose et se résolut à répondre et Enya.


    - Oui. On a jamais réussi à naviguer d'un bout à l'autre, c'est qu'il est infini !

    La véritable raison de cela était bien sur le manque de vivre qui se ferait sentir si le voyage durait plus longtemps que prévu. Et puis, qui savait ce qui se trouvait au bout de cet océan ? Au bout du monde... Un terrible gardien comme le narraient les histoires que l'on racontait aux enfants ? Ou pire encore ? Qui donc d'assez fou serait capable d'en tenter l'expérience ?

    Maëlle ne connaissait décidément bien peu de chose du monde extérieur aux Pirates Alines et à l'Archipel... Elle n'avait jamais eu besoin d'en savoir plus. Elle avait toujours vécue ainsi. Ce n'était qu'une enfant. En apparence du moins, car elle avait vécu tant de choses, avait assisté à tant de drames dans sa petite vie que l'on pouvait douter du fait qu'elle soit encore une enfant. Mais son sourire, son air béat alors qu'elle était assise à même le sol en pleine rue suffisait à dissiper le pire doute...

    Elle se releva enfin, vérifiant une fois de plus que son rayé n'avait rien, ne remarquant du coup même pas qu'elle s'était égratignée la main, laissant une tache rougeâtre sur le sol de la rue... Puis elle demanda soudainement, avant même de se rendre compte qu'elle avait ouvert la bouche :


    - T'es toute seule ?

    Elle entendait par là : "Où sont tes parents ? Où sont tes tuteurs ?" Sa façon de poser cette question faisait qu'elle était particulièrement vague. Elle avait tout aussi bien pu vouloir lui demander si elle avait des amis de jeux... Mais elle avait posé une question tout autre, et elle espérait au fond d'elle que l'intruse ne le comprendrait pas mal... Elle l'observa de nouveau. La jeune pirate avait rarement eu l'occasion d'observer ainsi une enfant. Qu'elle soit plus jeune ou plus vieille qu'elle. Et n'avait jamais pu parler ainsi par la même occasion. C'était quelque chose de totalement nouveau pour elle. C'était une nouvelle découverte, comme lorsque l'on va conquérir un nouveau bout de terre. Un nouveau pas vers l'autre, vers la façon de vivre sur terre effectué.

    [Post pas très long, mais comme ça tu as enfin une réponse.]

Revenir en haut Aller en bas
Enya Ewil



Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 47
Age : 22
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Mer 11 Aoû 2010 - 20:00

Maëlle restait assise par terre. Enya, qui s'était relevé depuis un bon bout de temps, ne savait pas trop quoi faire en attendant la réponse de l'autre petite fille, et elle s'était installée confortablement sur une caisse, devant une boutique. Elle avait levé son regard émeraude vers le ciel pour se rendre compte qu'au loin, de gros nuages arrivaient. Mais bon, ils étaient encore bien trop loins pour qu'Enya ne songe à s'abriter. Pendant ce temps, Maëlle lui avait répondu.

L'Océan était donc bel et bien infini. Les lèvres de la fillette, formant un "o" parfait, laissèrent échapper une petite exclamation émerveillée, et ses yeux verts pétillaient encore davantage qu'habituellement. Elle frappa ses mains l'une contre l'autre, comme un applaudissement, mais arrêta son mouvement en les serrant l'une contre l'autre. Enya reprit son large sourire. Infini...


- C'est infini... ça veut dire qu'il y a rien après ? 'Fin, si c'est infini, y a pas d'après !

Enya aurait pu continuer ses questions rhétoriques des heures durant, mais elle trouvait qu'il y avait mieux. Par exemple, une conversation avec une enfant de son âge. Maëlle se releva, s'examina un instant. Enya aperçut sa main égratinée, mais avant qu'elle n'ait pu le lui faire remarquer, Maëlle parla. La fillette aux cheveux roses se retrouva la bouche ouverte, bouche bée, cela résultant du fait que jamais quelqu'un n'avait parlé plus vite qu'elle.

Maëlle demandait à l'autre fille si elle était seule. Que voulait-elle dire par là ? Evidemment qu'elle était seule, personne ne l'accompagnait. Puis, son regard se dirigea vers l'enseigne de l'auberge, quelques mètres plus loin dans la rue. Elle pensa un instant qu'il faudrait qu'elle se rapproche, mais sa propre voix coupa court à ses réflexions. Son visage était déjà tourné vers Maëlle.


- Y a ma tutrice là-bas, dit-elle en désignant l'auberge. Et toi, t'es toute seule ?

Elle lui retournait sa question, comme elle le faisait toujours. Elle descendit de la caisse, doucement. Ses vêtements trop grands n'étaient pas très pratique. Il faudra qu'elle demande à Ambre de les ajuster.

[ Pas très long =/ ]


Dernière édition par Enya Ewil le Sam 11 Déc 2010 - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maëlle Twan



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 57
Age : 22
Date d'inscription : 02/07/2009

Feuille de personnage
Age: 9 ans
Classe: Marin
Profession: Marin à bord de l’Odyssée

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Ven 10 Déc 2010 - 19:30

    Maëlle rêvassait plus ou moins. Écoutant son interlocutrice d'une oreille discrète. Parler de l'océan c'était parler de son élément. Et parler de son élément lui donnait forcément envie de rêvasser comme n'importe quelle gamine ordinaire. Et cela même si elle était loin d'être une gamine ordinaire. Mais elle ne pouvait décidément pas se désintéresser totalement d'une conversation ayant pour thème l'Océan... Cela, c'était dans sa nature. Était-ce elle qui avait lancé le thème ? Elle ne s'en souvenait déjà plus. Sa mémoire s'enfuyait tandis que ses souvenirs renflouaient...

    Quand avait-elle apprit à nager déjà ? De cela elle ne s'en souvenant plus. C'était comme si elle l'avait toujours su. Comme si elle n'avait jamais eu besoin d'apprendre. Comme si la faculté de nager faisait parti d'elle depuis sa naissance. Et peut-être était-ce le cas ? Destinée dès son plus jeune âge à voguer sur les océans, ses yeux bleus reflétaient la mer sans avoir nullement besoin d'en être proche pour cela. Contrairement à son âme. La gamine ne pouvait vivre sans son élément adoré, sans cet océan idéalisé.

    Au fil des jours, au fil des ans, un lien, un filin invisible mais solide s'était construit entre eux d'eux. L'Océan, la mer, cet élément profond et insondable par delà les limites du monde connu et inconnu, ce magnifique morceau d'infini était devenu sa mère. Sa vraie mère, elle, sa mère biologique, l’avait tout simplement abandonnée. Sa nouvelle mère, sa mère adoptive, ne le pourrait jamais. C’était l’inverse qui se produisait. C’était elle, Maëlle Twan, la gamine, la pirate, la fille des océans, qui s’éloignait de sa mère-mer. Cela, elle ne le souhaitait pas, ne l’avait jamais souhaité, mais elle ne pouvait guère faire autrement. Tout ce qui se déroulait autour d’elle était bien trop grave pour qu’elle n’ait le choix. Heureusement, il y avait Damos.

    Damos… Ce jeune homme, ce bel Alex Pettyfer qu’elle avait rencontré la veille et qui n’était autre qu’un marin. Marin qui la comprenait mieux que personne, de part sa condition. Marin qui lui aussi avait abandonné son élément pour elle ne savait quelle raison. Elle comprenait désormais qu’il n’avait pas forcément eu le choix. Elle se ré intéressa à la conversation. La gamine aux cheveux roses venait de parler.


    - Je, hésita-t-elle un instant avant de se reprendre. Oui, Dan.

    Elle avait répondu avant de comprendre ce qu’elle disait. Avant que l’information n’arrive au cerveau. Enya avait parlé de sa tutrice… Une tutrice… C’était Shâan qui devait l’être depuis la mort de son père logiquement. Shâan ou un autre membre de l’équipage. Owen peut-être. Ou les deux. Elle n’en savait rien. Cette question n’avait jamais, ne serait-ce qu’effleurer son esprit. Elle ne savait pas quand elle la reverrait. Elle ne savait pas quand elle les reverrait. Alors, sans se rendre compte de ce quel faisait, sans réellement comprendre qu’elle bouclait son avenir, elle avait prononcé le nom, ou plutôt le diminutif, le surnom de Damos. Dan.

    - Là il travaille, ajouta-t-elle timidement.

    Oui, il travaillait. Il était retourné à cette taverne où Maëlle l’avait rencontrée pour son plus grand bonheur ainsi que son plus grand malheur. A neuf ans à peine, elle était déjà tiraillée entre devoir et raison. Il était retourné à cette taverne donc. Cette taverne dont elle ne connaissait même pas le nom, ne sachant pas lire. Elle était tout de même sacrée pour elle. Car c’était à cette taverne qu’elle avait, pour la première fois, rencontrée un marin qui n’était ni Aline, ni pirate. Un honnête marin. Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Enya Ewil



Sexe : Féminin Zodiaque : Poissons
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 47
Age : 22
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Mar 19 Avr 2011 - 1:29

[On reprend ?]


Maëlle sembla rêveuse un instant, puis elle sembla sortir de ses pensées et répondit, hésitante, à la question d'Enya. Puis elle ajouta timidement que Dan, donc, travaillait. Enya remonta sur la caisse et observa encore les passants. Deux dessinateurs se rencontrèrent. La gamine l'avait très vite vu, ils avaient commencé à se balancer des boules de feu, mais grâce à quelque chose, elles se déviaient au dernier moment. Les yeux pleins d'étoiles, elle fit quelques pas vers eux.

Une boule de feu vint flotter juste au dessus d'elle. Elle en resta bouche bée, pendant que les dessinateurs s'approchaient d'elle. L'un deux ébourrifa ses cheveux en souriant. Il avait de grands yeux verts comme elle, des cheveux grisonnants et au moins... une centaine de rides ! Elle ne put s'empêcher de rire, sans que rien de particulièrement comique ne soit arrivé.



- T'es vieux, monsieur ! T'as quel âge ?

- Tu es bien insolente, petite ! Il faut vouvoyer ses aînés !

- Comment j'peux savoir que t'es mon aîné si tu m'dis pas ton âge ? Grand sourire. Et puis d'abord ça veut dire quoi "n'insolente" ?

- J'ai 48 ans, petite. Alors ? Qui c'est le plus vieux ?

- Flean, arrête d'embêter la gamine, les gens te regardent bizarrement. Reprenons le combat. Et toi petite, regarde et admire !


Enya retourna à côté de Maëlle qui était restée en arrière. Elle lui dit le prénom et l'âge du vieux monsieur en souriant. La fillette n'avait peur de rien, ne pensait pas que quiconque pût lui vouloir du mal. Si elle avait eu conscience de cela, elle ne serait jamais approché des deux hommes. Heureusement, ces personnes-là n'auraient jamais fait de mal à qui que ce soit, et même leur "combat" était dénué de toutes méchancetés. C'était un combat pour rigoler.


- Ca doit être trop cool, d'être dessinateur. J'aimerais bien être dessinatrice. J'ferais apparaître... euh... des fleurs, et je te les donnerais ! Des fleurs bleues comme tes yeux ! Parce que t'es mon amie !


Soyons clairs, Enya connaissait l'autre gamine depuis une dizaine de minutes maximum. Et la considérait déjà comme son amie. Pourquoi ? Réponse simple. Elle n'avait pas l'habitude de voir beaucoup d'enfants. Et dès qu'elle en voyait, elle faisait son possible pour devenir leur amie. Donc, Maëlle, d'accord ou non, était son amie. Enya réfléchit un instant à cela.


- T'es mon amie, hein ?


En attendant la réponse à sa question, elle reporta son regard vers le combat. Avec un "Pour vous, les gamines !" les dessinateurs firent apparaître une pluie d'étoiles. Enya adora, oubliant qu'à un moment ou un autre, cela s'effacerait et ne serait plus qu'un souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)   Aujourd'hui à 9:42

Revenir en haut Aller en bas
 

Au pays des enfants, les sales gosses sont rois (RP privé) (RP inachevé)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CEACORUM - au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.
» Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois
» Au pays du Câlinisme, les Bisounours sont rois
» Au pays des écervelés, les dégénérés sont rois.
» Au pays des ordures, les fumiers sont rois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches :: Al-Jeit-