AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches

Une adaptation en jeu de rôle de la Quête d'Ewilan de Pierre Bottero
 

Partagez | .
 

 Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akio Shelüael



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Dim 6 Sep 2009 - 10:42

Akio ne chevauchait pas vraiment. Non. Pas là du moins. Il marchait à côté de son cheval. Le cheval blanc trouvé avec Toupilipp dans la maison abandonné d'Al-Poll. Le cheval qui n'avait toujours pas de nom. Ils avaient parcouru pas mal de chemin ensemble. Pourtant, le mercenaire avait beau chercher il ne trouvait pas de nom pour son cheval. Tout en y réfléchissant pour la énième fois, Akio repensait à tout le chemin qu'ils avaient effectués ensemble. Ils étaient allés à Tintiane. Pour sauver Ambre. Puis ensuite s'étaient dirigés vers Al-Far où le Petit les avait quittés, les deux amis - eux - d'enfance y avaient passés quelques jours, pour repartir à l'orée de la forêt de Baraïl, ou ils s'étaient séparés - encore une fois - Ambre lui avait laissé Bella, sa jument, il fallait dire qu'elle était épuisée. Là, Akio s'était dirigé vers Al-Vor, où il avait l'intention de rester quelque jours, puis d'y retrouver Ambre, pour partir, ensemble, à Al-Chen. Il était donc là, à quelques jours de marche d'Al-Vor, accompagné d'un cheval sans nom et de la jument de son amie. Il les avait accompagné en marchant à leur côté au départ. Puis galoper un peu, et désormais qu'il n'était plus qu'à un ou deux jours d'Al-Vor, il recommençait à marcher à leur côté. Pour les ménager, ils avaient fait beaucoup de chemin sans pouvoir se reposer énormément.

Le mercenaire frissonna soudain. C'était l'hiver, et il allait sans doute bientôt neiger. Et il n'avait sur lui guère autre chose qu'un léger manteau pas très épais,une tunique en toile et un pantalon de cuir sombre. Et il était fatigué. Il marchait depuis l'aube, il fallait l'avouer. Mais il avait hâte d'arriver à Al-Vor, comme si, plus vite il y arrivait, plus vite il retrouverait sa marchombre. Sa marchombre qui ne voulait pas de lui. C'était contre les coutumes. Contre toute logique. Une marchombre et un mercenaire du Chaos ne peuvent pas être ensemble. L'Harmonie et le Chaos. C'était tout simplement impossible. Mais on ne pouvait luter contre le destin. Alors... Il l'attendrait. Il attendrait Ambre quoi qu'il arrive. Même si cela allait contre tous ce qu'on leur avait appris.

Akio s'arrêta. Il avait besoin d'un peu de repos. Les chevaux s'arrêtèrent à sa suite. Cherchant dans ses frondes il dénicha un manteau plus épais, et se débarrassant de l'ancien il enfila le nouveau. Puis tourna la tête vers l'horizon. Quelqu'un s'approchait. Normal, il était sur une route assez fréquentée. Cela n'empêchait pas le fait qu'il avait l'habitude de se méfier de tout le monde. Il ne savait pas qui était cette personne qui s'approchait. Chaos, empire ou neutre ? Dans quel camp était ce nouveau venu ? Il fit sortir les chevaux de la route, pour libérer le passage à l'inconnu qui approchait. C'est à ce moment là qu'il commença à neiger. Les flocons descendaient peu à peu du ciel. Et la personne s'approchait. Le nom de son cheval apparaissait désormais comme évident. Flocon. Il s'appellerait Flocon. Il était blanc, comme les flocons de neige qui descendait du ciel... Cette fois, l'inconnu, ou plutôt l'inconnue - c'était une jeune femme - était à quelques pas d'Akio. Qu'allait-elle faire ?
Revenir en haut Aller en bas
http://natae.forumsactifs.com/
Keira Til' Kaori



Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 124
Age : 19
Date d'inscription : 06/10/2009

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Classe: Chantelame
Profession: Aucune

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Ven 1 Jan 2010 - 19:36

Keira chevauchait à vive allure depuis son réveil, ne s’autorisant que de courtes pauses, son esprit divaguant.
Elle était préoccupée et rien ne semblait pouvoir la faire sourire aujourd’hui. Le chant des oiseaux qu’elle avait adoré écouter ne lui procurait aucune autre sensation que celle d’avoir l’impression d’être dérangée, alors qu’elle réfléchissait. Oui cela faisait environ six jours qu’elle aurait du regagner la Citadelle et il fallait l’avouer, elle était inquiète. Inquiète des évènements qui suivraient sa fuite. Elle avait un peu peur que la résignation des Frontaliers ne la contraigne à se cacher même si elle détestait ça.
Une ombre de sourire traversa son visage. Dur.
Une certitude pulsait en elle et le chant de l’oiseau perché sur la cime d’un arbre, lui sembla plus supportable.
Elle ne se cacherait pas.

Elle se détendit quelque peu et Laena émit un petit renâclement de joie. Il faut dire que depuis ce matin l’envie d’éjecter sa maîtresse de son dos lui plaisait. D’ordinaire douce et gentille, elle s’était montrée exécrable depuis un ou deux jours. Ses caresses étaient plus brutales et les friandises se faisaient tellement rare que Laena devait demander pour en avoir. Et encore la plupart du temps Keira l’envoyait balader d’un revers de main, comme si la jument la dérangeait en quelque chose. Elles étaient toutes deux si fatiguée…

Keira soupira (ah elle avait temps soupiré depuis son réveil –vers trois heures du matin-). Elle ne s’était pas sentie ainsi depuis…Depuis quand d’ailleurs ? Elle ne savait plus. Une boule occupait en permanence son ventre et elle sursautait au moindre mouvement brusque. Elle avait très peur en fin de compte. Elle ne voulait pas retourner là bas. Jamais ! Durant un bref instant d’horribles images traversèrent son esprit, comme du venin. Elle se vit contrainte d’expliquer à ses parents adoptifs les motifs de sa fuite, devant le seigneur des marches du nord et finissant sûrement par un détour furtif enfermée. Les frontaliers qui fuient la Citadelle était aussi rare que les dessinateurs sachant faire le Grand Pas.
Keira se demanda combien de temps cela durerait. Combien de temps avant que les Frontaliers n’abandonnent…ou ne la retrouve.
Elle tressaillit.

*Non, décréta-elle, ils ne me retrouveront pas !*
Après un instant de réflexion elle ajouta avec une grimace :
*Et ils n’abandonneront pas non plus…*
Elle soupira derechef.

Plus tard, Laena s’arrêta, n’en pouvant plus. Keira lui jeta un regard surpris comme si elle prenait enfin conscience de sa présence.

-Houps, chuchota t-elle,je t’avais oublié.

La jument renâcla bruyamment, faisant fuir les animaux des alentours. Comme si elle lui répondait :

-Je m’en étais aperçut figure toi ! Descends !
-Tu ne peux plus avancer ?
-Non.

Keira soupira. Voilà qu’elle se mettait à parler à Laena maintenant. C’était grave. Elle ne faisait cela qu’en une seule occasion : quand elle avait besoin de parler à quelqu’un. Une personne l’aurait vu, elle l’aurait considéré comme atteinte de folie.

-Descends.
-D’accord c’est bon…

Elle descendit et s’aperçut qu’elle mourrait de faim et était très fatiguée. Elle n’avait dormi que quelques heures et n’avait pas mangé ce matin. Laena aussi apparemment.
Elle s’offrit donc un bon repas…au milieu des oiseaux qui l’énervaient.
Elle s’était rarement sentie aussi impuissante de désemparée que maintenant. Le regard furieux elle se leva et jeta un cailloux dans un arbre proche.
Inutile.
Elle n’avait presque jamais rien fait d’inutile…
Elle se rassit, et mangea un morceau, laissant Laena brouter l’herbe bien grasse de l’endroit où elles se trouvaient.
Keira se dirigeait vers Al-Vor, seule ville qu’elle n’avait pas visitée depuis la fuite. La Frontalière…La Frontalière ? Ce qualificatif ne lui correspondait plus. Elle n’était pas une Frontalière. La jeune femme, donc, se dirigeait vers Al-Vor. Elle ne pensait pas que les Frontaliers y seraient déjà, étant donné le nombre de kilomètre qui sépare Al-Vor de la Citadelle. En ce moment elle se trouvait entre Ondiane et la ville qui lui servait de destination. Oui servait. Car elle ne souhaitait pas vraiment s’y rendre. C’était juste pour avoir un sentiment de réconfort. Le fait de savoir que les Frontaliers n’était pas là où elle se trouvait et là où elle se rendait, la réconfortait quelque peu. Elle se sentit affreusement seule tout à coup. Elle avait Laena bien sur mais...ce n'était pas suffisant. Cela faisait beaucoup d’innovations pour elle.
Après avoir mangé elle s’endormie au pied de l’arbre où elle était installée…

Elle se réveilla en éprouvant une sensation désagréable. Elle ouvrit les yeux. Laena lui chatouillait sa joue avec son museau. Keira la repoussa. Ou du moins essaya. Ses bras ne lui obéissaient pas encore. Quand elle se fut entièrement réveillée, elle poussa un grognement et repoussa sa jument. Elle se rendit alors compte qu’elle était toute bleue, à cause du froid. Frigorifiée, elle enfila une veste chaude et essaya de reprendre contrôle d’elle-même pour stopper ses tremblements.
Elle y parvint au bout de quelques minutes et remonta en selle. Elle s’aperçut alors qu’elle n’avait pas enlevé cette dernière à Laena pendant cette longue pose.


-Désolée, chuchota t-elle

Elle du se contenter d’un renâclement mécontent en guise de réponse…

Elle chevaucha durant une bonne demi-heure avant de courir à côté de Laena pour se réchauffée. Au moins elle n’avait pas perdu ses capacités et ses réflexes. Puis elle arriva sur une route où certaines personnes passaient. C’était sans doute une route assez fréquentée, aussi elle remonta sur sa jument pour que personne ne se doute de son statut de malade. Courir à côté d’un cheval alors que l’on pouvait soit marcher soit monter dessus était un peu idiot.
Elle parcourut cette piste pendant environ trois quarts d’heure, la présence d’humains, bien qu’elle ne leur adressa pas la parole, la réconfortant. Les rires d’enfants la rendirent un peu plus à l’aise. Personne ne serait aussi détendu si des groupes de Frontaliers parcouraient la région.
Puis peu après elle voulut boire, remarqua que sa gourde et ses réserves étaient vides.
Elle soupira.
Un peu plus loin elle remarqua un jeune homme. Peut-être aurait-il de l’eau ? Il était idiot de penser qu’il accepterait de s’en séparer. Elle haussa les épaules. Il était la seule personne à l’arrêt et au pire, elle achèterait cette eau. Elle rabattit sa capuche sur sa tête, afin qu’il ne voit pas ses cernes et son air fatigué et abattu. Quand Keira fut à quelques pas de lui, elle descendit de Laena et il se mit à neiger. Elle étouffa un grognement.
Elle n’avait jamais aimé la neige.
Lorsqu’elle vit l’homme de plus près, un frisson parcourut son dos. Il était un peu effrayant. Elle s’avança vers lui et préféra se présenter sous un faux nom.


-Bonjourdit-elle d’une voix rauque (il y avait longtemps qu’elle n’avait pas parlé et le froid l’avait engourdie), , je me nomme Ehena Woen. Auriez-vous un peu d’eau à me vendre ?

Elle attendit sa réaction, jeta un coup d’œil au cheval blanc. Très belle bête...


Dernière édition par Keira Til' Kaori le Dim 3 Jan 2010 - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akio Shelüael



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Sam 2 Jan 2010 - 12:10

[Post un peu cours je sais, mais si je te répondais pas rapidement tu aurais attendu un bon moment, j'me connais]

Mais finalement Akio n’avait pas à tant s’inquiéter. Etait-ce d’aimer une marchombre alors que c’était totalement contre nature qui le mettait dans cet état ? Peut-être l’étrange mission qui lui serait donné d’accomplir sinon ? Le fait de savoir ce qu’il allait bientôt faire le stressait-il tellement qu’il en pensait même que Louann, son maitre, devinerait ses intentions et enverrait des personnes pour le tuer ? Ou peut-être irait-elle, elle-même tout simplement ?

Akio n’en savait rien, il se rendait juste compte qu’il était plus sur ses gardes qu’avant. Et que, surtout, cela ce voyait par n’importe quelle personne extérieur. Il devrait faire plus attention. Se méfier de toutes les personnes présentes à moins d’un kilomètre de lui était une bonne idée, mais il fallait, au moins, qu’il semble naturel. Qu’il ressemble à un simple voyageur se rendant à la Grande Foire d’Al-Vor. Comme sans doute bon nombre de gens sur cette route.

Après tout, il n’était plus qu’à deux jours, à pied, d’Al-Vor. Il était donc facile de deviner la destination de la plupart des voyageurs. Et même si tous ne se rendaient peut-être pas à Al-Vor, il y avait de grandes chances qu’ils y fassent au moins escale. Même si ce n’était que pour acheter quelques provisions et se reposer quelques heures. Cela faisait tout de même office d’escale. Et lui, son escale, elle était là, sur le bord de la route. Accompagné de Bella et Flocon.

Il sortit de ses pensées alors que la jeune femme, elle devait avoir à peu près son âge, s’approcha. Elle allait sans doute l’aborder. Ou plutôt, non, elle allait l’aborder, cela ne faisait aucun doute. Et en effet, elle s’approcha, se présentant sous le nom d’Ehena Woen. Elle semblait assoiffée et demandait s’il avait de l’eau à lui vendre. Akio la jaugea un instant, oui, elle devait avoir le même âge que lui. Et, en toute connaissance car cela lui était déjà arrivé bon nombre de fois, Akio remarqua qu’elle semblait fuir quelque chose. Quoi par contre, il n’en savait rien.


- Tiens,dit-il, garde-la je te la donne, j’ai suffisamment d’eau pour aller jusqu’à ma destination.

Il la regarda boire un instant, puis, reprenant ses bonnes manières en bon mercenaire du chaos qui sait dissiper la peur chez ses interlocuteurs, il reprit la parole :

- Je m’appelle Akio.

Il avait volontairement ‘oublié’ de préciser son nom de famille, quelques grandes familles avaient déjà entendu parler, tel les frontaliers, du clan Shelüael...
Revenir en haut Aller en bas
http://natae.forumsactifs.com/
Keira Til' Kaori



Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 124
Age : 19
Date d'inscription : 06/10/2009

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Classe: Chantelame
Profession: Aucune

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Sam 2 Jan 2010 - 19:35

[c'est un peu court aussi Neutral ]

Keira fut un peu surprise, ce qui n’était pas ordinaire vu son état. D’habitude plus rien ne la surprend les mauvais jours… Elle prit la gourde qui lui tendait et remarquant qu’elle avait soif, elle but et en donna un peu à Laena. Elle voulut discuter pour tenter de payer ce bien mais n’en eut pas la force. Et de toutes façons, Akio ne semblait pas vouloir qu’elle paie. Akio… Akio comment ? Une lueur amusée traversa ses yeux. Apparemment elle n’était pas la seule à se tenir à distance et à vouloir cacher son identité.

Le dénommé Akio devait avoir a peu près son âge et un rapide coup d’œil suffit à la jeune femme pour comprendre que c’était un bon combattant. Mais de quel genre ? Elle était sur que ce n’était pas un Frontalier, encore moins un Thül. Elle passa en revue toutes les classes de combattant qu’elle connaissait mais elle ne sut déterminer qui il était. Les cheveux blonds et les yeux d’un gris qui vous fixait au sol, tel un aimant.

Un coup de vent glacé frigorifia Keira. Elle remit sa capuche en place afin qu’il ne voit pas sa mine de mort et par la même occasion son visage. Si les Frontaliers faisaient une description d’elle il faudrait, à un moment ou à un autre, qu’elle se déguise. Beurk ! L’idée ne lui plaisait pas ! Et Laena ? Comment ferait-elle pour cacher la jument ? Tout clamait en elle qu’elle avait été dressée pour le combat…
Keira soupira, reporta son attention sur le jeune homme. Il semblait pressé que Keira parte. Mais cette dernière avait trop besoin de quelqu'un a qui parler… Il fallait qu’elle parle encore un peu, et tant pis si Akio l’envoyait balader. Il fallait qu’elle dise quelque chose.


- Vous vous rendez à Al-Vor ?

L’expression de son interlocuteur changea quelque peu. Un peu plus crispée peut-être. Elle n’y prêta pas attention. Il y eut un bruit sourd derrière elle, suivit de cri, et bizarrement elle ne sut déterminer si c’était par peur ou non. Son sang ne fit qu’un tour dans son corps et elle fit volte-face un peu trop rapidement.
Elle poussa un soupire de soulagement. C’était seulement le contenu d’un char qui c’était déversé sur la route et les cris étaient ceux, mécontents, des voyageurs de derrières.
Elle se retourna et s’aperçut qu’Akio la scrutait.


Dernière édition par Keira Til' Kaori le Mer 27 Jan 2010 - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Akio Shelüael



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Mar 19 Jan 2010 - 16:55

Akio réfléchissait. Il ne voulait pas froisser la jeune femme qui lui faisait face. Il commençait à en avoir assez de la solitude. Il avait besoin de parler. Mais parler à une inconnue n’était pas forcément une bonne idée. Il n’y avait que deux personnes à qui il souhaitait réellement discuter. Deux femmes. Les deux femmes de sa vie. Littéralement. Ambre et Louann. Une marchombre et une envoleuse. Quelle ironie du sort. Le mercenaire avait réellement énormément de chance dans sa vie. Être né dans un clan où chaque génération était dressée comme mercenaire, envoleur ou mentaï.

Il n’avait pas le moindre don pour le dessin. Rien qu’imaginer une flamme lui était difficile, et lui laissait un mal de crâne incroyable. Il ne pouvait donc pas devenir un mentaï... Un envoleur... Il n’en avait ni les capacités, ni la volonté, ou même rien que l’envie. Il aurait pu pourtant devenir un envoleur. Son maître était un envoleur... Était... Non, est ! Louann était vivante, même s’il n’avait plus de nouvelles d’elle depuis qu’il avait retrouvé Ambre. Il le sentait au plus profond de son cœur. Leurs vies étaient bien trop liées, ils étaient bien trop proches pour qu’elle meurt sans qu’il le ressente...

Au plus profond de lui-même, il savait, il devinait, qu’elle était vivante. Il savait également qu’elle n’était pas à Al-Vor. C’était impossible. Elle n’avait jamais aimé cette ville. Il y avait plus de chance qu’il la trouve sur les chemins entre Al-Poll, Al-Vor et Al-Jeit, qu’à Al-Vor tout court. Elle fuyait cette ville comme la peste... Comme si un danger invisible y rodait... L’attendant patiemment pour mettre fin à ses jours. Louann était schizophrène. Cette impression sortait peut-être de son imagination mais Akio avait toujours eu confiance en Louann. Cela ne risquait pas de changer du jour au lendemain...

Il sentait qu’elle était en vie. Elle était donc en vie. Il ne doutait pas non plus de son intuition. Celle-ci lui avait déjà fait retrouver Ambre. Pourquoi pas Louann ? Seulement... Comment pourrait-il faire ? Il n’allait pas partir à la recherche de son maître, non, de son ancien maître avec une marchombre ! C’était tout simplement impensable. Encore plus que la possibilité que Louann soit à Al-Vor. Alors il retrouverait Ambre à Al-Vor, puis ils iraient à Al-Chen. Ensuite... Et bien, ils se sépareraient sans doute, encore une fois. Akio devrait partir à la recherche de Louann...

Et Ambre tenait à son indépendance. Au moins autant que lui. Si ce n’était plus. Peut-être partirait-elle à la recherche de son propre maître ? Cette idée fit sourire intérieurement Akio, il n’avait pas l’habitude d’exprimer ses sentiments. Ni de les montrer par quelque geste que ce soit. D’une personne inconnue, comme la jeune femme qui buvait dans la gourde qu’il venait de lui donner, il devait sembler froid, distant. Peut-être même, méchant... Encore une fois il sourit intérieurement. Et bien, il se déridait énormément ce jour-ci. En l’absence d’Ambre et de Louann qui plus est... Cela était réellement étrange...

Le jeune mercenaire du Chaos décida soudain que cette attitude l'insupportait. Il commençait à devenir comme Louann. Était-ce une habitude des Shelüael qui allait avec l’âge de sombrer dans la schizophrénie - bien qu’il n’en soit pas à ce point - où simplement la suite logique des évènements qui avaient - à tous - marqués leur enfance ? Louann avait au moins, si ce n’était bien plus, connu autant de drame qu’Akio dans son enfance. Elle avait assisté à l’assassinat des deux parents de son cousin plus ou moins éloigné sans broncher. Elle aurait pu continuer longtemps... Mais elle avait sombré dans la folie...

Elle changeait de caractère à tout bout de champ. Schizophrène. Ce mot revenait sans cesse dans l’esprit du jeune mercenaire. Était-ce ce qu’il allait devenir ? Anrano était également fou. Fou mais pas schizophrène. Les lunatiques étaient courants chez les Shelüael. Mais la schizophrénie en elle-même ? Allait-il sombrer dans la folie, comme bon nombre de ses parents avant lui. A moins que ce ne soit déjà fait où qu’il ne vive pas suffisamment longtemps pour cela... Lui. Schizophrène. Fou. Qu’allait-il advenir d’Ambre dans ses conditions ? Comment sa partie folle prendrait le fait qu’une marchombre fasse partie intégrante de sa vie de mercenaire ?

Il était désormais un peu tard pour se poser toutes ses questions inutiles et sans réponses. Akio décidé de se détendre. Du moins, de faire comme s’il était détendu. Il sourit même avant de se rendre compte qu’Ehena lui avait posé une question. D’ordre assez personnel... Il fouilla dans sa mémoire pour s’en souvenir lorsque des cris retentir. Le mercenaire détacha un court instant son regard de la jeune femme pour voir ce qui avait provoqué ses cris. Il se rasséréna en remarquant que ce n’était que le contenu d’un de ses maudits chariots qui s’était déversé sur la route...

Il se concentra donc de nouveau sur la jeune inconnue. Puis, décida, un peu trop rapidement, de prendre la parole.


- En quoi cela te concerne-t-il ?

Il la tutoyait, contrairement à elle qui le vouvoyait. Étrange. Il n’avait presque jamais reçu cette marque de respect déformée. Prenant soudainement conscience de son ton, il tenta de se détendre à nouveau. De reprendre contenance.

- Pardonne-moi. Je ne voulais pas paraître brutal. Je suis juste un peu... tendu ses jours-ci.


L’hésitation. Il s’en était souvenu à temps. Faire preuve d’hésitation convainquait souvent l’interlocuteur méfiant. C’était une leçon de Louann qu’il n’aurait jamais dû oublier en temps normal. Penser à Ambre brouillait ses réflexions et sa prudence naturelle. Mais quel idiot faisait-il. S’il ne voulait pas paraître étrange il ne devait pas montrer qu’il était sur la défensive. Comment avait-il pu l’oublier ? Ne serait-ce qu’un court instant. Il devait se reprendre... Se reprendre... Ne plus penser à Louann, à sa réaction si elle apprenait pour Ambre... Ne plus penser à Ambre...

Ambre ! Il était inconcevable pour lui qu’il n’y pense plus. Ses boucles brunes encadrant son parfait joli minois aux traits fins... Ses yeux... Sa... Non ! Décidément, il ne pouvait pas s’empêcher de penser à son amie d’enfance. Il pouvait tout de même tenter de modérer sa passion... De faire en sorte qu’elle ne prenne pas la tête sur ses agissements. Qu’elle ne lui fasse, tout simplement pas perdre la tête...


[Je voulais te demander... Le RP que tu fais avec Damos, à Al-Jeit, il se passe avant celui-ci ou après ?]
Revenir en haut Aller en bas
http://natae.forumsactifs.com/
Keira Til' Kaori



Sexe : Féminin Zodiaque : Bélier
Signe Chinois : Buffle
Nombre de messages : 124
Age : 19
Date d'inscription : 06/10/2009

Feuille de personnage
Age: 21 ans
Classe: Chantelame
Profession: Aucune

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Mer 27 Jan 2010 - 16:44

[Avant celui là. Pourquoi ? J’ai fais une bêtise xD ? ]

Keira avait patiemment attendu la réponse d’Akio, assez contente qu’il prenne son temps.
Elle n’était pas le moins du monde pressée de partir. Certes, il y avait de nombreuses personnes nettement plus bavardes que son interlocuteur mais il avait quelque chose de mystérieux qui intriguait la jeune femme au plus haut point.

Depuis qu’elle l’avait accosté, il était perdu dans de sombres pensées, Keira en était certaine. Il lui avait semblé durant un court instant qu’il ne retrouverait jamais le chemin de la réalité. Qu’il resterait coincé dans la partie de sa tête qui contenait ses souvenirs et ses méditations les moins gaies. La jeune femme avait toujours eu cette sorte de don ; elle parvenait à capter les principales émotions qu’une personne ressent. Et les sentiments d’Akio étaient loin du bonheur que chaque être humain devrait normalement ressentir.

Au fur et à mesure que les secondes passait, elle avait de plus en plus envie de l’aider mais elle savait que c’était malheureusement impossible. Pour l’aider, il lui faudrait connaître la source de ses malheurs et elle savait qu’il faudrait sûrement qu’Akio remonte loin en arrière dans le temps. Et qui voudrait se confier à une inconnue ? Personne. Elle ne pouvait pas l’aider et de quoi se mêlait-elle de toute manière ? Elle avait croisé de nombreuses personnes qui auraient eues besoin de réconfort et de soutient et pourtant, elle n’avait pas vraiment songé à les aider. Pourquoi étais-ce différent maintenant ?

La réponse elle la connaissait. Elle avait peur, il fallait bien qu’elle admette un jour, et cela à cause de son statut de fugitif. L’enseignement des Frontaliers avait changé sa façon de penser et elle avait cru impossible qu’elle est de nouveau peur un jour. Or, maintenant, elle voyait à quel point elle s’était trompée. Les Frontaliers avait altéré sa façon de penser, de percevoir les choses, sa façon d’être. Et si elle redevenait la personne qu’elle avait été avant que les Frontaliers ne la récupère ? Et si elle redevenait LA Keira. La vraie Keira. Celle qui c’était tapi sous le masque en acier des Frontaliers pendant tant d’années.

Elle en était certaine maintenant. Bientôt, ses anciens défauts referaient surface, ses anciennes qualités aussi. Comme à cet instant présent : elle se préoccupait d’autres personnes qu’elle-même. Mais le côté positif, c’était que ses réflexes de Frontalière ne disparaîtraient pas… Du moins elle espérait… Elle se jura de continuer quelques exercices qu’elle avait apprit pour ne pas oublier les bonnes choses qu’elle avait tirées de son enseignement. Elle se promit aussi de ne plus avoir le comportement qui l’attristait depuis ce matin

Keira se trouvait tout de même un peu sévère vis-à-vis des Frontaliers… Ils lui avaient offert un toit, un enseignement, des nouveaux parents, un nom. Alors qu’à la base, elle n’avait pas d’ascendance noble. Elle avait été la fille de deux taverniers. Elle avait découvert ça la première fois, quand des bribes d’images de son enfance étaient revenues. Et la plupart de ses images se déroulaient dans un seul et même lieu : une taverne. Cela dit elle aurait été incapable de la reconnaître s’y elle y était allé. Bref, les Frontaliers lui avaient offert de bonnes choses…mais aussi des mauvaises. Mais, ils n’y étaient pour rien dans cela. Les Frontaliers avaient tous ce caractère, et ils n’y pouvaient pas grand-chose.

Elle réfléchissait encore quand Akio mit un terme à ses raisonnements d’une voix froide. Keira sursauta. C’est vrai qu’elle le collait un peu mais était-il obligé de réponde sur un tel ton ? La jeune femme se ravisa. Lui aussi traversait une période apparemment difficile et elle n’avait aucun droit de le juger sur quelques mots prononcé après s’être frotté à de lugubres pensées. Keira remarqua qu’il la tutoyait. Il fut un temps ou elle aurait fait de même avec lui, mais ce temps était révolu. Maintenant, il lui semblait juste de respecter les inconnus qu’elle croisait par le vouvoiement.

Puis Akio se reprit et s’excusa d’un ton plus doux. Il lui dit qu’il était tendu mais cela, Keira l’avait comprit depuis belle lurette. C’était étrange. Elle se sentait un peu mieux. Il faut dire qu’elle pensait beaucoup en ce moment, et qu’il aurait été étonnant qu’elle ne reprenne pas du poil de la bête avec tout ce qu’elle découvrait. Maintenant une certitude lui fit l’effet d’un baume. Frontaliers ou pas, elle était décidée à profiter pleinement de la vie. Elle fit un signe de tête à Akio pour lui montrer qu’elle acceptait ses excuses et qu’elle ne lui en voulait pas.

Mais elle ne savait pas vraiment quoi répondre… Lui demander ce qu’il n’allait pas dans sa vie pouvait paraître déplacé, elle pourrait reposer sa question étant donné qu’il n’avait pas répondu ou elle pourrait simplement partir. Même si elle n’en avait pas envie, c’était la chose la plus raisonnable à faire ? Elle n’avait pas envie d’énerver Akio et apparemment, il n’avait pas vraiment envie qu’elle reste plus longtemps. Keira étouffa donc un soupir triste puis lui dit :


-Bon je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Merci pour l’eau et peut être que l’on se reverra si jamais vous allez à Al-Vor…

Puis elle se détourna, adressant un petit sourire triste au jeune homme et regarda Laena qui avait comprit qu’elle se sentait mieux. Bon sang, qu’elle était intelligente cette jument ! Le courant était tout de suite passé entre elle et Keira et cette dernière remercia en silence ses parents qui la lui avaient offerte. Bien qu’ils soient des Frontaliers, elle les aimait. Ils avaient toujours su se montrer juste. Keira espérait qu’ils avaient comprit les raisons de sa fuite. Car peut-être pensaient-ils qu’elle était partie à cause d’eux… Keira ne voulait surtout pas qu’ils pensent cela…

Elle se jucha sur la belle jument…
Revenir en haut Aller en bas
Akio Shelüael



Sexe : Féminin Zodiaque : Capricorne
Signe Chinois : Chien
Nombre de messages : 39
Age : 22
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   Dim 27 Juin 2010 - 14:44

    [Post court mais qui clôture définitivement le RP. Je t'avais bien dit que je te répondrais =P]

    Ambre... Maintenant que ses pensées avaient commencé à dériver vers elle, vers son amie d’enfance, il ne pouvait plus les faire dévier vers autre chose. Ambre... Son amie d’enfance... Ou bien plus que cela sans doute... Ses boucles brunes encadrant son joli minois, quelques mèches d’un rouge flamme se cachaient parmi elle. Ses yeux... Ses magnifiques yeux gris. Gris pâles comme on en voyait rarement. Son nez, fin, légèrement retrouvé. Ses lèvres pulpeuses et si attirantes. Son cou gracile. Il l’imaginait. Il la voyait devant elle. Véritablement. Il en avait totalement oublié la jeune femme qui se trouvait devant elle. Comment avait-elle dit qu’elle s’appelait déjà ? Ehe... Ehena, ou quelque chose comme cela.

    Ambre... Ses pensées revenaient encore vers elle alors qu’il venait de réussir à s’en séparer. Ambre. La belle marchombre. Elle formait son opposé total. Et l’attirait tant. Pour elle il avait renié ses devoirs de mercenaire. En partie du moins. Il ne savait pas ce qui l’attendait ensuite... Et s’en serait bien passé s’il avait été au courant. Ses pensées se tournèrent vers son Ambre lorsqu’elle était gamine. Physiquement elle n’avait pas tant changé. Les mêmes boucles brunes, les même mèches rouges, les mêmes yeux gris pâles. Elle avait grandi bien sur. Son corps avait changé également. Elle était devenue plus élancée, plus féminine. Ce qui était normal après tout.

    Akio releva la tête, observant la jeune femme s’éloigner. Il ne savait même pas ce qu’elle avait dit avant de partir. Un simple remerciement peut-être... Il la regarda s’éloigner pendant un bon moment, sans même remarquer qu’il la fixait. Il aurait pu faire le chemin avec elle mais il n’en avait pas le courage. Il n’avait plus envie de parler, ni rien. Juste d’arriver, de repartir puis de voir Ambre. Ambre. C’était désormais tout ce qui restait dans sa petite vie. Louann ne lui pardonnerait jamais. Il allait sans doute mourir bientôt mais s’en fichait. Du moment qu’il pouvait revoir Ambre. Il se remit à marcher tandis que les flocons continuaient doucement à tomber.

    Il reverrait Ambre. Il le fallait puisque de toute façon il ne pourrait pas s’occuper éternellement de Bella. Bella... Sa jolie jument. Même Flocon semblait avoir hâte d’arriver à destination, il avait du sentir l’impatience de ses deux compagnons de route. Il se remit à marcher, réajustant capuche et veste pour une meilleure protection. Vérifiant au passage que les quelques bagages que supportaient Bella et Flocon étaient toujours bien attachés, les gratifiant chaqu’un d’une caresse. Il se remit à marcher. Sans tenter d’aller à la rencontre de quelqu’un comme l’avait fait cette soi-disant Ehena. Sans proposer à cette jeune femme de faire le chemin avec lui.

    Il se remit à marcher. Vers sa destinée. Vers sa mort.


    FIN

Revenir en haut Aller en bas
http://natae.forumsactifs.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lorsque l'on chevauche vers sa destinée... (RP terminé)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] En chemin vers notre destinée [Routes 1,3 et 4]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Ewilan : Légendes des Marches :: Al-Vor-